"/>

À 4,1 km à l’heure sur les chemins de Compostelle

Un documentaire nous plonge dans l’intériorité de huit pèlerins

Sur le chemin de la Meseta, réputé pour ses paysages désertiques.
Sur le chemin de la Meseta, réputé pour ses paysages désertiques.   (Courtoisie Richard Gravel)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-01-24 17:43 || Québec Québec

«Ce n’est pas un documentaire sur les chemins de Compostelle!»

Voilà comment Richard Gravel, réalisateur, présente son œuvre qui sera diffusée jeudi soir à la librairie Paulines à Montréal.

Rencontré quelques jours avant cette représentation publique, Richard Gravel parle avec passion de sa dernière création cinématographique. «Ma femme, Lise [Charbonneau], et moi nous avons décidé de faire Compostelle après avoir rencontré un ami qui s’apprêtait à faire ce pèlerinage. Nous l’avons abordé comme un défi. Personnellement, j’étais à l’aube de ma soixantaine.»

À cette époque, il n’était pas question qu’il réalise un documentaire sur leur aventure. «Nous avons parcouru les Chemins en plusieurs étapes. Nos horaires professionnels ne nous permettaient pas de réserver un mois ou deux à la réalisation de ce pèlerinage. C’est lorsque nous sommes revenus sur les chemins de Compostelle pour la deuxième fois que j’ai décidé de prendre des photographies et de filmer en haute définition. Peu à peu, mon scénario s’est mis en place.»

Dans son esprit, il n’était pas question de réaliser un documentaire qui s’attarderait sur les petits «bobos» des marcheurs et sur leurs états d’âme. «Il y a d’autres films qui suivent les pèlerins au quotidien. Mon scénario n’est pas linéaire. Oui, il y a un début, un milieu et une fin. Toutefois, dans mon documentaire nous pouvons nous retrouver en Espagne, puis quelques minutes plus tard, en France», précise Richard Gravel, réalisateur de plusieurs courts-métrages artistiques.

Dans l’intimité des pèlerins

Le fil conducteur est donc assuré par les huit pèlerins qui se livrent totalement à la caméra. «Le produit final a surpris même les témoins. Ils ne s’attendaient pas à ce que leurs témoignages soient aussi liés les uns aux autres.»

Au fil de leurs confidences qui s’égrainent lentement au long du documentaire, les moments,  petits et grands, vécus par les pèlerins sont dévoilés pudiquement parfois, dans les larmes souvent.

«L’aspect spirituel, l’aspect religieux et l’aspect méditatif sont présents dans mon documentaire. Les pèlerins m’ont souvent déclaré, chacun avec leurs mots, que le Chemin prend vie. Il devient une personne qui a ses intentions propres. C’est difficile d’expliquer cela. Il faut marcher le Chemin pour le comprendre.»

Le réalisateur insiste: «C’est un film sur leurs motivations, sur leurs désirs, sur chacun des pèlerins. L’écrivain Sergio Kokis a écrit dans son livre Le sortilège des chemins. Marcher vers soi sur les chemins de Compostelle: "[N]’oublie pas que le vrai pèlerin marche vers lui-même et que l’aventure se trouve sur le chemin et pas à l’arrivée." Cela résume bien l’esprit de mon film».

Un accueil étonnant

«Avant la période de questions, il y a toujours un moment de silence! Lors d’une rencontre à Laval, où j’ai présenté mon film devant des membres de l’Association De Québec à Compostelle, personne n’a posé de questions. Pas un mot! Rien! Je me demandais ce que j’avais fait dans mon film pour recevoir un tel accueil. Puis, quelqu’un s’est levé et a dit: "Ce n’est pas parce que nous n’avons pas aimé ton film. Nous sommes sous le choc!" Je ne croyais pas que mon documentaire allait avoir un impact aussi grand auprès du public. À la suite du visionnement, ceux qui ont fait Compostelle veulent le refaire, ceux qui ne l’ont pas fait aimeraient bien y aller!»

Richard Gravel, qui a réalisé le documentaire avec l’aide de sa conjointe, songe déjà à une suite.

En attendant, les passionnés de Compostelle et les simples curieux peuvent lire le recueil Compostelle. Un chemin vers soi écrit par Claude Bernier, un des pèlerins du documentaire, dont les photographies sont signées Richard Gravel.

Le documentaire À 4 km à l’heure sur les chemins de Compostelle entreprendra dès le début février une tournée en France.

 

du même auteur

L'un des leaders de La Meute, Sylvain Brouillette, dit Maïkan, a pris la défense de son mouvement en rejetant catégoriquement les propos du chercheur Martin Geoffroy.
2018-03-29 09:52 || Québec Québec

La Meute dément être animée par des principes religieux

Le président de la Synagogue, Edmond Elbaz, a été invité par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, à signer le livre d’or de la métropole le 20 mars 2018.
2018-03-29 09:09 || Québec Québec

250e anniversaire du premier lieu de culte non catholique au Québec

La tournée se poursuit jusqu’au 2 février. Elle s’arrêtera dans la ville de Nepean et à Ottawa avant de retourner à Rome où elle est habituellement exposée.
2018-01-31 15:31 || Québec Québec

Une relique de saint François Xavier exposée à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde

articles récents

Le père oblat Alexis Joveneau dans une scène du documentaire de l'ONF 'Le goût de la farine', réalisé par Pierre Perrault en 1977.
2018-04-04 16:30 || Québec Québec

Les cinéphiles avertis par l'Office national du film

Douze comédiennes personnifient des Religieuses hospitalières de Saint-Joseph, qualifiées de «super-héros» par le producteur et réalisateur André Waquant.
2018-03-16 15:00 || Québec Québec

Douze vedettes québécoises rendent hommage aux hospitalières

La coordonnatrice de L'Entraide missionnaire, Molly Kane, photographiée en août 2015 à Montréal.
2018-01-09 14:31 || Québec Québec

Un documentaire comme chant du cygne pour l'Entraide missionnaire