Des faits qui se seraient déroulés en 1993

Allégations d'abus sexuels contre le dominicain Benoît Lacroix

Décédé en 2016, le père Benoît Lacroix fait l'objet d'une dénonciation pour des gestes à caractère sexuel qui auraient été posés en 1993.
Décédé en 2016, le père Benoît Lacroix fait l'objet d'une dénonciation pour des gestes à caractère sexuel qui auraient été posés en 1993.   (Archives Présence/S. Di Matteo)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-07-21 12:02 || Québec Québec

«En 1993, je suis allée voir le dominicain Benoit Lacroix. Je vivais des moments difficiles. Après m'[être] ouverte à lui, il m'a agressée sexuellement sur une période d'environ trois mois dans son bureau. Je n'en ai jamais parlé car j'étais certaine que personne ne me croirait.»

L'artiste visuelle et auteure Cynthia Girard-Renard, professeure associée à l'Université Concordia, annonce sur sa page Facebook le 19 juillet 2020 avoir été agressée par le père Lacroix il y a 27 ans.

«J'avais besoin d'aide. Il m'a manipulée et m'a agressée sexuellement. Je suis certaine que je ne suis pas seule et qu'il a abusé de d'autres jeunes femmes, comme moi à l'époque, vulnérables [et] en détresse», estime-t-elle.

Philosophe, théologien et historien, Benoît Lacroix a été directeur de l’Institut d'études médiévales de l’Université de Montréal. Un vulgarisateur, un auteur et une personnalité très présente dans l'univers médiatique, le dominicain est décédé en mars 2016 à l'âge de 100 ans.

Contactée par l'agence de presse Présence, Cynthia Girard a préféré ne pas commenter davantage les allégations qu’elle a publiées dimanche. «Je ne me sens pas prête à parler à la presse. Je dois m’informer de mes droits avant d’avancer», a-t-elle indiqué.

Une grande amie du père Lacroix, la chroniqueuse Josée Blanchette a été bouleversée en lisant ces propos. «J'ai pris le temps de digérer ceci depuis 36 heures. J'ai l'impression de vivre dans un monde parallèle, de tâter des murs qui s'effondrent, de rebondir sur des surfaces où je ne peux m'accrocher», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Celle qui, il y a quatre ans, s’est avancée à l’avant de l’église du couvent des Dominicains pour lire un texte biblique lors des funérailles de son ami, dit qu’elle ne remet «pas en doute les affirmations de Cynthia (qu'a-t-elle à gagner?)» mais qu’elle aimerait «que d'autres victimes du père Lacroix se manifestent en privé ou en public».

«J'ai contribué au rayonnement de cet homme, mon ami. Il est normal que je déboulonne moi-même mon petit autel personnel», a-t-elle écrit.

Du côté des dominicains, on indique que les responsables de l'ordre ont été informés des propos tenus par l’artiste Cynthia Girard-Renard. «Le père Lacroix n'est plus là pour se défendre et il nous faut prendre le temps de voir si cette accusation est crédible», ajoute-t-on.

Auteur du livre Benoît Lacroix: un dominicain dans le siècle (Médiaspaul, 2017), le professeur d'histoire Guy Laperrière se montre circonspect devant les allégations de Cynthia Girard qu'il n'a découvertes que mardi matin.

«Je suis surpris mais pas tant que cela», reconnaît l'historien. Si on dénonce ces jours-ci plusieurs comportements répréhensibles qui ont eu lieu dans les milieux culturels et littéraires, le monde religieux, lui, est secoué depuis longtemps par de telles révélations, reconnaît-il. «Je pense au cas récent de Jean Vanier qui a surpris tout le monde.»

Mais il regrette toutefois le caractère imprécis des agressions que la victime aurait subies. Il se montre aussi prudent en lisant la réflexion de madame Girard qui affirme que d'autre jeunes femmes auraient subi le même sort. Un rigoureux travail d'enquête est nécessaire, estime-t-il, avant d'aller plus loin. C'est ce qui a été fait dans l'affaire Jean Vanier. «Une enquête, six témoins, des détails, alors je n'ai plus aucune hésitation.»

Le biographe Guy Laperrière rappelle que Benoît Lacroix avait rédigé la préface d'Acquitté (Novalis, 2010), un livre de Paul-André Giguère, un théologien accusé d'agressions sexuelles. Acquitté par la Cour d'appel du Québec, l'auteur, qui côtoyait le père Lacroix au couvent des dominicains de Montréal, y raconte avoir tout perdu durant les quatre années qui ont suivi son procès. Dans la préface, Benoît Lacroix avance qu'«un même événement peut être perçu de manière très différente par deux personnes». Il écrit aussi ces mots: «La justice est humaine. Humaine est l'accusatrice. Humain est l'accusé.» La mémoire est faillible, soutient encore le dominicain. «Il convient de nous souvenir de la part de mystère qui demeure dans chacune de nos vies. Personne n'en est à l'abri.»

«Benoît Lacroix ne prend pas ici la défense de Giguère. Il reconnaît toutefois le poids du souvenir de chacun», ajoute Guy Laperrière.

L'historien rappelle aussi que Benoît Lacroix «recevait beaucoup de personnes dans son bureau». Chaque jour, on venait le consulter. «Et il aimait beaucoup rencontrer les femmes, les jeunes femmes, qu'il trouvait belles. Il aimait aussi être en contact avec les artistes.» Pas étonnant donc que Cynthia Girard, alors une jeune artiste, l'ait rencontré en 1993 afin d'être conseillée.

«Mais que s'est-il donc passé durant ces trois mois?», demande l'historien.

 

du même auteur

La cathédrale anglicane Christ Church de Montréal ne rouvrira que le dimanche 27 septembre. Elle ne pourra accueillir que 25 personnes, regrette l'évêque Mary Irwin-Gibson.
2020-09-22 11:24 || Québec Québec

Lieux de culte: une décision «décevante» et «illogique», disent des responsables

«Le gouvernement place encore une fois dans la même catégorie les lieux de culte et les bars», indique un communiqué diffusé lundi en fin de matinée par la Table interreligieuse, un organisme de concertation durant le confinement.
2020-09-21 12:45 || Québec Québec

Les leaders religieux demandent à Québec de reclassifier les lieux de culte

Le ministre Christian Dubé a surpris bien des leaders religieux du Québec en annonçant dimanche que le nombre maximum de personnes autorisées à participer à un événement qui se déroule dans un lieu de culte passait, dans toutes les régions du Québec, de 250 à 50 dès le 21 septembre.
2020-09-21 08:49 || Québec Québec

Lieux de culte: la limite passe de 250 à 50 personnes et moins

articles récents

Dans une vidéo mise en ligne le 9 septembre, le cardinal Gérald Lacroix s’adresse aux diocésains de Québec pour les appeler à faire une «pause» dans les parcours catéchétiques afin de dégager le temps nécessaire pour mieux penser la suite.
2020-09-15 17:59 || Québec Québec

Le cardinal Lacroix propose une «pause» des parcours catéchétiques

Dans une récente lettre ouverte adressée aux fidèles de son diocèse et à «toutes les personnes en recherche de vérité», Mgr Gilles Lemay, l'évêque Amos, désavoue les messages et les prophéties de l’abbé Michel Rodrigue (photo).
2020-09-10 19:00 || Québec Québec

L’évêque d’Amos désavoue les prophéties d’un prêtre

L’Église Unie du Canada a annoncé le 28 août la nomination du pasteur Michael Blair au poste de secrétaire général, la fonction la plus élevée en son sein.
2020-09-03 17:32 || Canada Canada

Un Noir au sommet de l’Église Unie du Canada