Absence de Dieu, «problème central»

Benoît XVI réagit aux critiques de son explication de la crise des abus sexuels

Le pape émérite Benoît XVI en 2014.
Le pape émérite Benoît XVI en 2014.   (CNS/Paul Haring)
2019-08-27 17:17 || Vatican Vatican

Répondant aux critiques des notes qu'il a publiées sur les racines de la crise des abus sexuels commis par des religieux, le pape à la retraite Benoît XVI a déclaré que le fait que les critiques mentionnaient à peine Dieu prouvait son point de vue.

«À ce que je sache, dans la plupart des réactions à ma contribution, Dieu n'apparaît pas du tout», ce qui est «exactement ce que je voulais souligner» comme problème central, a-t-il écrit dans une brève note au mensuel Herder Korrespondenz, selon KNA, l'agence de presse catholique allemande.

En avril, le pape à la retraite a envoyé une compilation, qualifiée de «quelques notes», sur la crise à Klerusblatt, une revue mensuelle catholique en allemand pour le clergé en Bavière.

Considérant que la crise est enracinée dans «l'événement flagrant» de la révolution culturelle et sexuelle dans le monde occidental dans les années 1960 et que la croyance en l'existence et l'autorité de la vérité absolue et de l'autorité de Dieu s'est effondrée, le pape à la retraite a déclaré que la tâche primordiale est de réaffirmer la vérité joyeuse de l'existence de Dieu et de l'Église en tant que véritable dépositaire de la foi.

La plupart des critiques portaient toutefois sur le blâme du pape Benoît XVI envers la révolution culturelle et sexuelle des années 1960. Plusieurs ont plutôt relevé que de nombreux cas d’abus sexuels d’enfants se sont produits avant cette date, même si le public ne l’a découvert que récemment.

Dans la nouvelle note, le pape Benoît XVI a déclaré que le «déficit général dans la réception de mon texte» était un manque de volonté de s'engager dans son affirmation selon laquelle les abus sont liés à un manque de foi et d'une morale forte.

Il a utilisé comme exemple une critique parue dans le numéro de juillet de Herder Korrespondenz, signée par l'historienne Birgit Aschmann.

«Dans les quatre pages de l'article de Mme Aschmann, le mot Dieu, que j'ai mis au centre de la question, n'apparaît pas», a-t-il écrit.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le pape a nommé le cardinal de Manille, Luis Antonio Tagle, préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples le 8 décembre. Sa nomination est perçue comme le signe que sa réforme de la Curie romaine est presque achevée.
2019-12-09 11:07 || Vatican Vatican

Le cardinal Tagle nommé préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples

Image pieuse d'Ovide Charlebois de 1936
2019-12-02 11:09 || Vatican Vatican

Le Québécois Ovide Charlebois déclaré «vénérable»

L'archevêque de Vancouver, J. Michael Miller.
2019-11-26 15:50 || Canada Canada

L'archidiocèse de Vancouver dévoile son rapport interne sur les abus sexuels

articles récents

La primat de l'Église anglicane du Canada, Linda Nicholls, était de passage à Québec le 23 novembre 2019.
2019-12-12 19:48 || Canada Canada

«Maintenant, comment devrions-nous vivre?»

Contrairement à de nouvelles données qui annoncent la fin de l'Église anglicane du Canada d'ici 2040, l'évêque anglican de Québec, Bruce Myers, croit qu'elle a toutes les raisons d'espérer.
2019-12-10 17:31 || Québec Québec

Québec, baromètre de l’Église anglicane du Canada

Le pape a nommé le cardinal de Manille, Luis Antonio Tagle, préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples le 8 décembre. Sa nomination est perçue comme le signe que sa réforme de la Curie romaine est presque achevée.
2019-12-09 11:07 || Vatican Vatican

Le cardinal Tagle nommé préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples