Lettre de 22 congrégations

Des leaders religieux stupéfaits devant l'impasse à Développement et Paix

Le parc national Isiboro Secure, en Bolivie, l'un des pays où l'organisme Développement et Paix compte des partenaires.
Le parc national Isiboro Secure, en Bolivie, l'un des pays où l'organisme Développement et Paix compte des partenaires.   (CNS photo/Martin Alipaz, EPA)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-01-28 15:00 || Canada Canada

À un mois de la nouvelle campagne Carême de partage de Développement et Paix, les dirigeants d'une vingtaine de congrégations religieuses, principalement du Canada anglais, déplorent que des groupes habituellement appuyés par l'organisme soient aujourd'hui privés de financement. Ce sont «les plus pauvres parmi les pauvres» qui sont pénalisés, estiment les responsables de ces communautés.

Dans une lettre acheminée le 22 janvier à Serge Langlois, directeur général de Développement et Paix, ainsi qu'au personnel de l'organisme de coopération internationale, les supérieurs de 22 congrégations, dont les Jésuites du Canada, les Sœurs de Saint-Joseph, les Pères de Sainte-Croix du Canada anglais ainsi que les Ursulines de Chatham, indiquent que, partout dans le monde, «Développement et Paix est apprécié pour son engagement» auprès de groupes qui «s'attaquent aux causes profondes de la pauvreté et de l'oppression». Ces associations, qui travaillent souvent dans des conditions difficiles, offrent «un merveilleux exemple et témoignage pour beaucoup d’entre nous dans le Nord».

«Nous sommes stupéfaits par l'impasse des derniers mois qui a bloqué des paiements cruciaux à de nombreux partenaires» de Développement et Paix, ajoutent les leaders des congrégations religieuses.

Dès la fin de la campagne Carême de partage 2018, douze diocèses ont retenu les fonds recueillis au nom de Développement et Paix parce que «quelque quarante partenaires de l'organisme semblent montrer des signes de conflit avec l'enseignement moral et social catholique». Les sommes retenues, estimées à 2 M $, ont finalement été versées en décembre, après que Développement et Paix ait annoncé qu'il suspendait temporairement le financement de 52 de ses partenaires, certains en lien avec l'organisme depuis plus de 30 ans.

Pour les responsables religieux, «cette impasse dénote un manque de confiance dans le processus de choix des partenaires» par cet organisme «unique» et géré par des laïcs» qui «mettent leur créativité au service des défis du monde d’aujourd’hui».

«En tant que membres de communautés religieuses, nous avons confiance dans l'expertise du personnel et des membres [de Développement et Paix] pour nous permettre de soutenir les organisations et les réseaux qui transforment notre monde», ajoutent-ils dans cette lettre de trois pages qui a aussi été remise à la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), à la Ligue des femmes catholiques ainsi qu'à la Conférence religieuse canadienne.

«Lorsque cet appui est bloqué, ce sont les plus pauvres parmi les pauvres qui souffrent, encore une fois.»

Réaction de Développement et Paix

«Nous sommes très émus du soutien exprimé» par ces communautés religieuses, indique Serge Langlois, directeur général de Développement et Paix, qui ajoute avoir partagé la lettre reçue à tous les membres du personnel de l'organisme.  

Il précise que l'examen des partenaires de l'organisme, un exercice réalisé conjointement avec la conférence épiscopale, «progresse dans un esprit de dialogue et de compréhension».

«Nous gardons espoir que cela sera réglé sous peu», ajoute-t-il.

Selon le directeur général, l'appui récent des évêques canadiens «en faveur de la campagne de carême de 2019 est un exemple des progrès que nous réalisons ensemble».

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

C'est la basilique Notre-Dame à Montréal qui obtient le plus grand montant pour la période 2019-2020 : 1 M$ pour la restauration de sa maçonnerie.
2019-08-14 05:21 || Québec Québec

Patrimoine religieux: l'identité des projets subventionnés dévoilée

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?

articles récents

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?