Abus sexuels

L'Église australienne publie ses normes de protection des mineurs

Mgr Mark Coleridge, archevêque de Brisbane et président de la conférence épiscopale australienne, réagit au rapport de la commission royale à Sydney en août 2018.
Mgr Mark Coleridge, archevêque de Brisbane et président de la conférence épiscopale australienne, réagit au rapport de la commission royale à Sydney en août 2018.   (CNS photo/David Gray, Reuters)
2019-06-04 17:18 || Monde Monde

L’Église catholique australienne vient de publier ses normes pour la protection des mineurs, 18 mois après la recommandation de la Commission royale sur l’abus sexuel d’enfants en institution dans le pays.

Les normes sont très proches des recommandations de la commission et des normes inscrites par le gouvernement dans les principes nationaux pour la sécurité des enfants, bien que certaines dispositions aient été assouplies, ont noté les observateurs.

Par exemple, le nombre d'heures par an pendant lesquelles une supervision professionnelle et pastorale doit être effectuée est passé de la durée recommandée de 12 heures à six heures.

C’est Catholic Professional Standards Limited, ou CPSL, créée en 2017 à la suite des conclusions de la commission, qui a mis au point les normes de protection et qui en vérifiera le respect par les dirigeants de l'Église. Les rapports d'audit commenceront à être publiés plus tard cette année.

«Les normes dépassent parfois les exigences réglementaires et législatives en vigueur et comblent parfois des lacunes dans des domaines où il n’existe actuellement aucune réglementation», a déclaré Geoffrey Gludice, président de la CPSL, dans la présentation des nouvelles normes.

«Bien qu'elles résultent d'un processus de rédaction rigoureux, des améliorations sont toujours possibles», a-t-il convenu, ajoutant qu'elles seront révisées et mises à jour si nécessaire après une période indéterminée.

En établissant la CPSL et en lui donnant la responsabilité de mettre en œuvre et de vérifier les normes nationales, la Conférence des évêques catholiques d'Australie et Catholic Religious Australia ont reconnu les échecs passés en matière de leadership, ont déclaré des observateurs de l'Église.

La sœur joséphite Monica Cavanagh, présidente de Catholic Religious Australia, a expliqué que les normes fournissaient des critères supplémentaires pertinents pour la gouvernance de l'Église.

Mgr Mark Coleridge, archevêque de Brisbane et président de la conférence épiscopale australienne, a déclaré que ces normes permettront aux entités catholiques et au public d'avoir une confiance accrue envers l'approche de l'Église face à la tragédie des abus et dans l'instauration d'une culture de la sécurité pour tous, en particulier pour les jeunes et les vulnérables.

Il a également déclaré que l'Église poursuivait ses efforts pour mettre en œuvre les recommandations de la commission royale.

«Les directives du pape François aident à renforcer la réponse globale de l'Église aux abus sexuels sur enfants, bien que de nombreux protocoles et processus en vigueur en Australie dépassent ce que le pape demande», a déclaré Mgr Coleridge.

Ces normes sont les plus récentes mesures en date de l’Église australienne, qui tardait au début à répondre aux recommandations de la commission. Elle a attendu près de 12 mois avant de publier sa réponse officielle à un rapport volumineux en 16 volumes qui a souvent été cinglant envers les diocèses, les ordres religieux et les autres organisations catholiques au sujet des abus.

La commission a également critiqué d'autres institutions religieuses, non étatiques et étatiques, et a mis en place un examen de la gestion des diocèses et des paroisses par un panel principalement composé de laïcs.

Michael Sainsbury

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Greg Zanis, charpentier de métier originaire d’Aurora, dans l’Illinois, parcourt les États-Unis depuis plus de 20 ans pour y placer des croix en bois blanches à la mémoire des victimes de tuerie. Sur cette photo, il installait des croix en octobre 2017 après une tuerie à Las Vegas.
2019-08-08 10:49 || Monde Monde

Tueries de masse: le charpentier qui a fourni 26 000 croix en 20 ans

Un homme tient un crucifix dans la cathédrale de Santiago, au Chili, en mai 2018. Une enquête interne mise en place par la Compagnie de Jésus a révélé que le célèbre jésuite Renato Poblete Barth a abusé de plus d'une douzaine de femmes pendant près de 50 ans.
2019-08-05 14:09 || Monde Monde

La mémoire d'un célèbre prêtre chilien entachée par ses nombreux abus

articles récents

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?