Campagne Carême de partage 2019

L'examen des partenaires de Développement et Paix n'est toujours pas complété

La campagne Carême de partage 2019 a été lancée le 6 mars.
La campagne Carême de partage 2019 a été lancée le 6 mars.   (Image tirée du site Web de Développement et Paix)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-03-07 09:54 || Canada Canada

Développement et Paix a lancé le 6 mars, mercredi des Cendres, sa campagne de financement annuelle sans que l'évaluation de ses partenaires ne soit complétée et sans que les allégations lancées durant l'année contre 52 de ses 200 partenaires n'aient été corroborées ou déclarées sans fondement.

Ni l'organisme de coopération internationale ni la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) n'était en mesure de dire quand cet examen sera complété ou si ses conclusions seront dévoilées avant Pâques, jour qui marquera la fin de la campagne Carême de partage 2019.

Il y a près d'un an, au terme de la campagne de 2018, une douzaine d'évêques canadiens ont pris la décision de retenir les fonds recueillis pour Développement et Paix parce qu'ils avaient été informés des résultats préliminaires de l’évaluation menée par Développement et Paix et la conférence épiscopale. «Quelque quarante partenaires semblent montrer des signes de conflit avec l'enseignement moral et social catholique. En particulier, ils ne font pas preuve de respect pour le caractère sacré de la vie humaine», avait alors déclaré l'archevêque d'Edmonton, Mgr Richard Smith.

«La CECC et Développement et Paix continuent de collaborer à l’examen conjoint d’un certain nombre de partenaires internationaux de Développement et Paix depuis le début du processus», a expliqué mercredi la direction des communications de la conférence épiscopale. «À cette fin, l’examen conjoint continue de progresser, avec des mises à jour et/ou l’achèvement de l’examen qui sera annoncé en temps et lieu», a-t-elle répondu dans un message électronique. La CECC n'a pas donné suite à notre demande d'entrevue auprès d'un responsable de ce dossier.

Incertitude

Le directeur général adjoint de Développement et Paix, Romain Duguay, aurait bien aimé que les résultats de cette évaluation soient rendus publics avant le lancement de la nouvelle campagne Carême de partage, qui a pour thème Partagez le chemin.

«C'était notre vœu. On voulait pouvoir dire que le carême reprend sa route, que les activités reprennent. On voulait pouvoir dire que l'audit est finalisé et que les résultats nous donnent l'assurance qu'on est bons pour les dix prochaines années.»

Il confirme toutefois que les discussions s’effectuent, depuis janvier, «en mode accéléré».

«On a eu deux grosses séances de travail. On en aura une la semaine prochaine. Je dirais que depuis le début de l'année, chaque semaine on discute avec la CECC. Il y a un désir des deux parties de régler cela rapidement. Et surtout de bien régler cela. Tout le monde comprend que cela ne peut plus durer.»

52 partenaires

Le 16 novembre 2018, le directeur général de Développement et Paix, Serge Langlois, avait annoncé qu'afin de «démontrer [son] engagement à trouver des solutions aux défis que nous vivons actuellement, et pour assurer un suivi aux différentes correspondances reçues récemment de plusieurs évêques, Développement et Paix n’utilisera[it] pas les fonds du Carême de 2018 pour les 52 partenaires en revue, tant que la situation de ces partenaires [ne serait] pas clarifiée». À la fin de l'année 2018, tous les diocèses canadiens avaient fait parvenir les sommes recueillies au nom de Développement et Paix neuf mois plus tôt.

«Ce moratoire [sur le financement des 52 partenaires] est un geste que nous avons posé pour dire aux évêques que l'on allait faire l'audit et qu'ils ne devaient pas avoir d'inquiétudes par rapport à ces fonds», explique Romain Duguay.

Le directeur général adjoint ajoute que «Développement et Paix respecte le vœu de la personne qui nous donne des sous. Si vous me dites que vous souhaitez que votre don aille à Haïti, on fera notre possible que qu'il aille dans ce pays. On a eu le même réflexe avec les évêques. Nous leur avons dit: 'Vous versez l'argent et nous allons nous assurer que les fonds n'iront pas aux 52 partenaires tant que la revue ne sera pas complétée'. C'est cela le moratoire: nous assurer que pas un centime de leur argent n'aille aux 52 partenaires.»

Ce moratoire sur le financement des partenaires soumis à un examen plus approfondi n'est valable que pour les dons obtenus auprès des diocèses durant le carême 2018. «Pour les fonds recueillis en 2019, on n'en est pas là. On espère que la situation sera bientôt réglée et qu'on n'aura pas à la revivre», dit Romain Duguay.

Dans un communiqué émis le 6 mars, Développement et Paix indique avoir obtenu «l’approbation et le soutien total des évêques du Canada» pour sa nouvelle campagne de financement.

Sans mentionner le mouvement de retenue des fonds suivi par certains diocèses canadiens en 2018, l’organisme indique qu’«en étroite collaboration avec la Conférence des évêques catholiques du Canada, nous continuons de travailler au renouvellement et à la revitalisation de notre travail de promotion et de protection de la dignité humaine, partout dans le monde, en accord avec les enseignements de notre foi».

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

La religieuse Lucille Côté, une des responsables de la vente de samedi et de dimanche à la maison mère des Sœurs de Sainte-Anne.
2019-05-16 19:55 || Québec Québec

Vente d'objets appartenant aux Sœurs de Sainte-Anne

En interdisant «aux personnes travaillant dans la santé et l’éducation de porter les signes et les vêtements qui manifestent leur appartenance religieuse», le projet de loi 21 va beaucoup trop loin, estiment quarante supérieurs de congrégations religieuses québécoises.
2019-05-16 15:32 || Québec Québec

40 congrégations religieuses s'opposent au projet de loi 21

En septembre 2020, les futurs prêtres de Montréal vivront à l'extérieur du Grand Séminaire de Montréal, un lieu qui les accueille depuis 1857.
2019-05-16 10:50 || Québec Québec

Les séminaristes quitteront le Grand Séminaire de Montréal

articles récents

Gilles Roberge, 56 ans, deviendra le 19 mai 2019 le premier prêtre ordonné dans le diocèse de Trois-Rivières depuis 2009.
2019-05-16 20:04 || Québec Québec

Trois-Rivières: une première ordination presbytérale en 10 ans

La décision d'autoriser les pèlerinages organisés, interdite par les évêques locaux en 1991 et confirmée par le Vatican en 1996, reconnaît la nécessité de fournir un accompagnement spirituel aux dizaines de milliers de catholiques qui se rendent à Medjugorje chaque année.
2019-05-13 15:58 || Monde Monde

Rome lève l'interdiction de pèlerinages organisés à Medjugorje

La basilique Saint-Pierre, à Rome. Le 9 mai, le pape François a révisé et clarifié les normes et procédures relatives à la responsabilisation des évêques et des supérieurs religieux en matière de prévention d'abus.
2019-05-10 16:31 || Monde Monde

Le pape clarifie les règles en matière d'abus