Réaction de Mgr Noël Simard au nouveau scandale de pédophilie

Abus: la dissimulation, l'ennemi à abattre, selon le président de l'AECQ

«On ne peut plus masquer ou dissimuler des actes qui attaquent les piliers fondamentaux de notre vivre-ensemble, l'enfance, la famille. C'est inacceptable. C'est inexcusable», a réagi Mgr Noël Simard, président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec.
«On ne peut plus masquer ou dissimuler des actes qui attaquent les piliers fondamentaux de notre vivre-ensemble, l'enfance, la famille. C'est inacceptable. C'est inexcusable», a réagi Mgr Noël Simard, président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-08-22 12:56 || Monde Monde

«Ces révélations sont choquantes. Elles sont scandaleuses». Ce sont les mots qu'utilise Mgr Noël Simard, président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ), afin de qualifier le rapport du procureur de la Pennsylvanie, dévoilé il y a une semaine, qui indique que 301 prêtres de six diocèses catholiques ont commis des abus sexuels contre 1000 enfants. «C'est tout simplement affreux», ajoute-t-il à voix basse.

«Les médias parlent d'horreur. Il me semble que c'est un terme qui est juste. Nous sommes horrifiés devant l'ampleur des abus commis mais aussi devant leur "cover-up", lance-t-il d'abord en anglais, devant leur dissimulation.»

En lisant le rapport du procureur de Pennsylvanie et les comptes-rendus dans la presse canadienne et américaine, l'évêque de Valleyfield s'est remémoré cette phrase que le précédent pape, Benoît XVI, avait prononcé devant les membres de la curie romaine le 10 décembre 2010.

«Le visage de l’Église est couvert de poussière et son vêtement est déchiré par la faute des prêtres.» Le pape commentait alors la question des abus suxuels commis par des prêtres en reprenant ces mots d'Hildegarde de Bingen, proclamée docteure de l'Église en 2012.

Pour Mgr Simard, il ne fait aucun doute que «sous le manteau du sacré, des prêtres blessent profondément des personnes dans leur enfance et leur causent des souffrances pour toute leur vie».

«Notre pensée, nos prières vont vers les victimes, directes ou indirectes, de ces abus. Les victimes indirectes, ce sont les familles des enfants qui sont aussi marquées et qui subissent encore aujourd'hui les séquelles de ces actes. C'est une tragédie.»

Pour le président de l'AECQ, il est «vital qu'on mette en place des politiques pour que cela ne se reproduise plus, tant  de la part des prêtres que de l'institution». Il explique que «ce qui choque l'opinion publique aux États-Unis, mais aussi au Canada, c'est cette dissimulation» que les autorités religieuses ont exercée au fil des années.

«On ne peut plus masquer ou dissimuler des actes qui attaquent les piliers fondamentaux de notre vivre-ensemble, l'enfance, la famille. C'est inacceptable. C'est inexcusable.»

«Je dois l'admettre, dit Mgr Simard, des membres de l'Église ont failli lamentablement à leurs responsabilités tant dans la prévention des abus que par leur non gestion de ces situations immorales. Les abus et la dissimulation sont des crimes car ils portent atteinte aux droits des enfants. L'Église devrait être à l'avant-garde en ce qui a trait à la protection de l'enfance et de la famille.»

Lundi matin, Mgr Simard ne pouvait confirmer l'acceptation prochaine, par les évêques du Canada, de nouvelles normes sur la protection des personnes mineures, un document d'abord publié en 1992 mais qui doit être révisé à la lumière des «nouvelles exigences canoniques». Ce nouveau protocole, rédigé par un Comité ad hoc sur la protection des personnes mineures mis sur pied, en 2012, par la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a été présenté aux évêques canadiens en septembre 2016 afin qu'il soit ratifié. Il n'a toutefois pas été approuvé, les évêques demandant des modifications à son contenu.

En fin de journée, lundi, le bureau de direction de la CECC a indiqué qu'«elle lancera une édition mise à jour et enrichie de ces lignes directrices afin de promouvoir la protection des personnes  mineures et d’accroître la responsabilisation et la transparence chez les responsables de l’Église».

 

du même auteur

Anisa Gourate et son fils Muhammad photographiés en 2015 sur leur ferme près de Jijiga, en Éthiopie. Certains diocèses canadiens auraient remis à Développement et Paix les dons qu'ils retenaient depuis le printemps.
2018-11-20 19:18 || Canada Canada

Développement et Paix : des diocèses auraient restitué les dons retenus

L'archevêque d'Edmonton, Richard Smith, a été le premier à annoncer qu'il demandait de retenir les fonds collectés pour l'organisme catholique Développement et Paix au printemps dernier.
2018-11-20 09:43 || Canada Canada

Développement et Paix : des millions $ en dons toujours retenus

Dans une lettre aux responsables régionaux de Développement et Paix, le directeur général indique que l'organisme suspend le financement de 52 partenaires qui ne suivraient pas suffisamment les positions morales de l'Église.
2018-11-19 13:29 || Canada Canada

Développement et Paix suspend le financement du quart de ses partenaires

articles récents

Mgr Bernard Longley, archevêque de Birmingham, en Angleterre, a reconnu l'échec de l'Église dans la protection des enfants dans son témoignage dans le cadre de l'enquête indépendante sur les abus sexuels commis sur des enfants à Londres, le 16 novembre 2018.
2018-11-20 15:04 || Monde Monde

Un archevêque anglais s'excuse aux victimes d'abus pour la réaction de l'Église

Photo d'archive de Mgr Carlo Maria Vigano au Vatican en 2011.
2018-11-15 15:13 || Monde Monde

L'accusateur du pape condamné à restituer de l'argent à son frère

L'actuel archevêque de Moncton, Mgr Valéry Vienneau, était évêque de Bathurst lors du processus d'indemnisation des victimes d'abus sexuels.
2018-11-06 11:35 || Canada Canada

Le diocèse de Bathurst gagne la cause l'opposant à son assureur