Carlo Maria Vigano

L'accusateur du pape condamné à restituer de l'argent à son frère

Photo d'archive de Mgr Carlo Maria Vigano au Vatican en 2011.
Photo d'archive de Mgr Carlo Maria Vigano au Vatican en 2011.   (CNS/Paul Haring)
2018-11-15 15:13 || Monde Monde

Un tribunal civil de Milan ordonne à Mgr Carlo Maria Vigano, l’ancien nonce apostolique aux États-Unis, de restituer près de 1,8 million d'euros, en plus des intérêts et des frais juridiques à son frère, le père Lorenzo Vigano.

Après la mort de leur père en 1961, Vigano a géré leur héritage, ce qui représentait des millions de dollars en biens immobiliers et en dépôts bancaires.

Résidant à Chicago, Lorenzo Vigano, un spécialiste de la Bible prêtre du diocèse italien de Pavie, a eu gain de cause dans le procès intenté contre son frère diplomate. Le prêtre a intenté plusieurs poursuites contre son frère et, bien que de nombreuses accusations aient été écartées, cette affaire a été la première à se conclure par une décision.

Selon la décision du tribunal rendue en octobre, l'archevêque Vigano avait perçu 3,6 millions d'euros de recettes nettes provenant des actifs communs des deux frères, ce qui, selon l'estimation du père Vigano en 2010, s'élevait à 20 millions d'euros de biens immobiliers et plus de 6 millions d’euros en espèces.

Accusateur du pape

Mgr Vigano a retenu l’attention de la presse internationale après avoir demandé au pape François de démissionner parce que, disait-il, le pape avait eu connaissance des allégations d'abus commis par l'archevêque américain Theodore E. McCarrick et n'avait pas agi.

L’ancien nonce s'est également disputé avec sa sœur Rosanna qui s'était tournée vers les autorités suisses pour récupérer de l'argent – plus d’un demi-million de dollars selon elle – qu'elle avait donné à l'archevêque dans les années 1970 pour déposer dans une banque suisse.

Dans une plainte déposée auprès de procureurs suisses en 2012, Rosanna Vigano a déclaré qu'elle savait qu'une partie de son argent avait été utilisée pour acheter un appartement en 1983 avec l'acte de vente au nom de l'archevêque, mais elle a découvert en 2012 que la propriété avait été vendue sans sa connaissance et a affirmé que Mgr Vigano a gardé l'argent de la vente pour lui-même.

La poursuite a été abandonnée après que l'archevêque ait restitué 11 000 dollars américains à la sœur et effectué un paiement de 180 000 dollars américain en 2014 par l'intermédiaire de l'avocat de la sœur, qui a fait don de cette somme à un hôpital religieux en Tanzanie, où l'une des filles de Rosanna travaillait.

Carol Glatz

***

Plus que jamais, Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.

Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

La Congrégation pour l'éducation catholique parle de la théorie du genre dans un document publié le 10 juin 2019.
2019-06-11 11:06 || Vatican Vatican

Rome reste opposé à la théorie du genre

Pascal Siakam (43) affronte Draymond Green (23) le 30 mai 2019 dans le premier duel de la finale de la NBA opposant les Raptors de Toronto aux Golden State Warriors.
2019-06-10 09:52 || Monde Monde

D'un séminaire camerounais à la NBA

Mgr Mark Coleridge, archevêque de Brisbane et président de la conférence épiscopale australienne, réagit au rapport de la commission royale à Sydney en août 2018.
2019-06-04 17:18 || Monde Monde

L'Église australienne publie ses normes de protection des mineurs

articles récents

La Cour suprême du Canada a rendu le 7 juin une décision défavorable envers la Congrégation de Sainte-Croix et l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal.
2019-06-07 15:22 || Québec Québec

Oratoire: le recours peut aller de l'avant, tranche la Cour suprême

Des gens prennent part à une manifestation à Lingen contre les abus sexuels dans l'Église allemande en mars 2019.
2019-05-27 17:13 || Monde Monde

Vaste enquête sur les abus sexuels dans les communautés religieuses allemandes

Les filles d'Asia Bibi tiennent une photo de leur mère devant leur résidence de Sheikhupura, au Pakistan, en 2010.
2019-05-14 12:20 || Monde Monde

Blasphème: «Si nous en parlons trop, ça se retourne contre nous»