Condamnée pour blasphème en 2010

La Cour suprême du Pakistan annule la peine de mort d'Asia Bibi

Des hommes manifestent à Lahore contre la décision de la Cour suprême du Pakistan de libérer la chrétienne Asia Bibi le 31 octobre 2018.
Des hommes manifestent à Lahore contre la décision de la Cour suprême du Pakistan de libérer la chrétienne Asia Bibi le 31 octobre 2018.   (CNS photo/SRahat Dar, EPA)
2018-10-31 12:43 || Monde Monde

La Cour suprême du Pakistan a annulé la peine de mort prononcée contre Asia Bibi, une catholique reconnue coupable de blasphème, et a ordonné sa libération de prison.

Le verdict a été rendu le 31 octobre par un tribunal composé de trois membres. Le tribunal a jugé que Bibi devait être immédiatement libérée du couloir de la mort, a rapporté ucanews.com.

Les membres du groupe extrémiste Tehreek-e-Labaik ont ​​lancé des manifestations et bloqué des routes après le verdict.

Khadim Rizvi, le chef du groupe, a récemment mis en garde les juges, le gouvernement et les organisations non gouvernementales locales et internationales contre les «conséquences désastreuses» de la libération de Bibi. Il a également menacé l'avocat de Bibi.

«Nous organiserons des manifestations massives et nous ne laisserons pas le gouvernement agir s'il libère Asia Bibi pour apaiser les États-Unis», a déclaré Rizvi.

Bibi a été condamné à mort en 2010 pour avoir fait des remarques désobligeantes au sujet du prophète Mahomet lors d'une dispute avec un ouvrier agricole musulman.

La Cour suprême a réservé son jugement sur l'affaire du blasphème le 8 octobre et avait interdit aux médias de couvrir l'affaire jusqu'à l'annonce de cette décision par la cour.

Samson Salamat, président chrétien du Mouvement interreligieux pour la tolérance, a publié une déclaration après le verdict.

«C'est une situation extrêmement tendue et menaçante pour les minorités religieuses, en particulier pour les chrétiens pakistanais, et il existe une crainte de persécution des chrétiens et d'attaques contre leurs églises et autres propriétés», a-t-il déclaré. Il a également appelé à l'interdiction des «groupes extrémistes impliqués dans des discours de haine et utilisant la religion comme un moyen de promouvoir la violence dans la société».

Tenzin Dorjee, président de la Commission américaine sur la liberté religieuse dans le monde (USCIRF), s'est félicité du verdict et a déclaré que l'affaire «illustre la mesure dans laquelle les lois sur le blasphème peuvent être exploitées pour cibler les communautés minoritaires. Ces lois visent à protéger des religions entières plutôt que les individus, Selon les normes internationales des droits de l’homme, il est très troublant que le cas de Bibi ait atteint ce stade, où elle est presque devenue la première personne de l’histoire du Pakistan à être exécutée pour crime de blasphème.»  

La commission a également appelé le Pakistan à libérer les 40 personnes emprisonnées pour blasphème et à abroger ses lois sur le blasphème.

L'USCIRF et Amnesty International ont noté que deux autres personnes qui soutenaient Bibi avaient été tuées. En janvier 2011, Salmaan Taseer, gouverneur du Pendjab, a été assassiné par son propre garde du corps, qui lui a tiré dessus à 27 reprises. En mars 2011, Shahbaz Bhatti, le seul ministre chrétien de l'époque, a été assassiné devant le domicile de sa mère à Islamabad.

D'après un reportage de UCANews.com

***

Plus que jamais, Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission. Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le père Federico Lombardi agira comme modérateur lors du sommet sur les abus sexuels qui se tiendra au Vatican en février.
2019-01-21 10:59 || Vatican Vatican

Sommet sur les abus: le modérateur salue le document canadien

La première ministre britannique Theresa May a survécu à une motion de censure le 16 janvier 2019 après avoir échoué dans sa tentative de faire adopter son plan de retrait de l'Union européenne.
2019-01-17 11:38 || Monde Monde

Brexit: «un désordre politique incroyable», dit un évêque anglais

Marie Collins à la Rencontre mondiale des familles, à Dublin, le 24 août 2018.
2019-01-15 17:13 || Vatican Vatican

Une victime d'abus exige plus de redevabilité de l'Église

articles récents

Reconnu coupable d'agression sexuelle le 8 janvier, le prêtre Brian Boucher a plaidé coupable le 21 janvier 2019 à l'ouverture d'un second procès pour agressions sexuelles.
2019-01-21 15:04 || Québec Québec

Second procès pour abus sexuels: Brian Boucher plaide coupable

Marie Collins à la Rencontre mondiale des familles, à Dublin, le 24 août 2018.
2019-01-15 17:13 || Vatican Vatican

Une victime d'abus exige plus de redevabilité de l'Église

Brian Boucher, un prêtre de l’archidiocèse catholique de Montréal, a été reconnu coupable le 8 janvier d’agression sexuelle sur un adolescent de sa paroisse.
2019-01-09 10:42 || Québec Québec

Un prêtre de Montréal reconnu coupable d’agression sexuelle contre un mineur