Cour d'appel du Nouveau-Brunswick

Le diocèse de Bathurst gagne la cause l'opposant à son assureur

L'actuel archevêque de Moncton, Mgr Valéry Vienneau, était évêque de Bathurst lors du processus d'indemnisation des victimes d'abus sexuels.
L'actuel archevêque de Moncton, Mgr Valéry Vienneau, était évêque de Bathurst lors du processus d'indemnisation des victimes d'abus sexuels.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
2018-11-06 11:35 || Canada Canada

Dans une décision qui confirme son droit de prendre des mesures proactives pour les victimes d'abus sexuels commis par des prêtres, le diocèse catholique de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, s'est vu octroyer 3,4 millions de dollars dans un litige l’opposant à sa compagnie d'assurance.

À la suite de la décision de la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick du 18 octobre, l’assureur, Aviva Canada, a déclaré qu’il prendra le temps de réfléchir à la possibilité d’en appeler à la Cour suprême du Canada. Il a 60 jours à compter de la date de la décision.

Le différend porte sur une affaire entendue en 2016 dans laquelle des paiements ont été versés à plus de 90 victimes de prêtres prédateurs couvrant une période de plusieurs décennies à compter des années 1950. Lorsque l’archevêque de Moncton, Mgr Valery Vienneau, alors évêque de Bathurst, a pris conscience de l’ampleur des abus survenus dans l’histoire du diocèse, il a engagé Michel Bastarache, juge à la retraite de la Cour suprême, pour diriger un processus de conciliation dans lequel les victimes seraient encouragées à raconter leur histoire.

Le juge Bastarache a procédé de manière indépendante pour établir des barèmes et déterminer une échelle raisonnable d'indemnisation. Le diocèse s’engageait à payer pour le processus et donner au juge Bastarache accès à ses dossiers personnels et à ses archives. L'évêque s’engageait aussi à présenter des excuses au nom des catholiques de Bathurst.

Le processus a en grande partie évité le recours aux avocats et a mis fin au long et coûteux processus d'un recours collectif. Les victimes étaient libres de refuser l'offre et de poursuivre leur cause devant les tribunaux, mais la plupart ont choisi la procédure non conflictuelle avec Bastarache. Le diocèse a finalement versé 4,29 millions de dollars canadiens aux survivants. Aviva a affirmé qu'elle n'était pas liée par le contrat d'assurance conclu avec le diocèse pour payer une partie de cette indemnisation.

«Nos pensées vont aux victimes d'abus sexuels dans le diocèse de Bathurst», a déclaré Aviva dans un communiqué publié après que la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick eut donné raison au diocèse de Bathurst. «Aviva est entièrement favorable au versement d'une indemnité à toutes les victimes d'anciens prêtres du diocèse de Bathurst. Ce procès ne visait pas à prendre en charge les victimes d'abus sexuels."

Bien qu'Aviva soutienne le diocèse en quête de réconciliation avec les victimes, la société ne pense pas qu'elle devrait payer pour une indemnisation décidée par un processus qui a annoncé et invité le plus grand nombre de victimes possible à se faire connaître.

«Ce procès visait à rembourser à l'Église catholique les paiements volontaires faits aux victimes de crimes commis par ses anciens prêtres. L'Église ne devrait pas être assurée pour des montants versés volontairement pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la couverture d'assurance. L’Église a cherché une couverture d’assurance pour des crimes commis par leurs prêtres et qu’elle a tenté de dissimuler. C'est mal.»

Le juge Marc Richard est d’un autre avis.

«Aviva savait qu'elle assurait une entité religieuse ayant d'importantes obligations vis-à-vis de ses paroissiens et du public», écrit Richard dans sa décision. «Ainsi, le fait que le processus de conciliation ait permis au diocèse de demander pardon et réconciliation, tout en assurant sa viabilité financière, n'aurait pas été une surprise pour l'assureur.»

Personne ne nie que des tentatives aient déjà été faites pour cacher les abus de prêtres, a déclaré le père Wesley Wade, vicaire général de Bathurst, au Catholic Register de Toronto. Le processus de conciliation a été une tentative de reconnaissance des victimes et de l'histoire du secret et de la dissimulation dans le passé, a-t-il déclaré.

«Nous avons fait ce que nous pouvions», a déclaré le père Wade. «Nous avons dit que nous allions faire une sorte de processus. Que nous allons être innovants d'une certaine manière.»

Le processus de conciliation de Bathurst a depuis été repris par l’archidiocèse de Moncton, où Mgr Vienneau est devenu archevêque en 2012.

«Notre préoccupation concernait les victimes», a déclaré le père Wade. «Que pouvons-nous faire pour les victimes? Parce que nous sommes responsables. Nous avons dû assumer notre responsabilité.»

Après avoir pris en charge les premiers cas, Aviva a rapidement abandonné le diocèse, a déclaré le père Wade. «Nous avons fait tout notre possible pour qu'ils se joignent à nous dans ces affaires. Ils ne l'ont jamais fait», a-t-il déclaré. «Une procédure de conciliation était non seulement un choix financièrement responsable, mais également une nécessité financière», écrit Richard dans une décision unanime de la cour d'appel.

«La logique du diocèse était que, s'ils annonçaient les victimes et réglaient les revendications par la conciliation, ils minimiseraient les coûts autant que possible et régleraient les réclamations de manière efficace. Le processus de conciliation consistait essentiellement à être pragmatique.»

En évitant les recours collectifs, le diocèse a probablement évité la faillite, a déclaré le père Wade. «L'objectif supplémentaire du diocèse de rechercher le pardon et la réconciliation ne rend pas le processus de conciliation déraisonnable», a estimé le juge Richard.


Michael Swan, The Catholic Register

***

Plus que jamais, Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.

Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Photo d'archive de Mgr Carlo Maria Vigano au Vatican en 2011.
2018-11-15 15:13 || Monde Monde

L'accusateur du pape condamné à restituer de l'argent à son frère

Suzanne Emerson tient une pancarte lors d’une manifestation organisée le 12 novembre 2018 par le Survivors Network of those Abused by Priests (SNAP) en marge de l’assemblée plénière des évêques américains à Baltimore.
2018-11-13 10:56 || Monde Monde

Crise des abus: Rome demande aux évêques américains de reporter leur vote

Des catholiques chinois prient à l'intérieur de la cathédrale de l'Immaculée-Conception à Pékin en janvier 2018.
2018-11-12 10:58 || Monde Monde

En Chine, une persécution alimentée par les fonctionnaires locaux?

articles récents

Photo d'archive de Mgr Carlo Maria Vigano au Vatican en 2011.
2018-11-15 15:13 || Monde Monde

L'accusateur du pape condamné à restituer de l'argent à son frère

L'époux d'Asia Bibi, Ashiq Masih, et leur fille Eisham Ashiq étaient en Angleterre le 5 octobre 2018. Alors qu'on attendait la décision de la Cour suprême, Eisham confiait alors que la famille serait en danger si elle restait au Pakistan.
2018-10-31 15:12 || Monde Monde

Des organismes canadiens se réjouissent de l’acquittement d’Asia Bibi

Des hommes manifestent à Lahore contre la décision de la Cour suprême du Pakistan de libérer la chrétienne Asia Bibi le 31 octobre 2018.
2018-10-31 12:43 || Monde Monde

La Cour suprême du Pakistan annule la peine de mort d'Asia Bibi