En janvier 2021

Les jésuites vont rendre publics les noms des religieux accusés d'abus sexuels

Dans un an, en janvier 2021, ou même plus tôt, «si le travail va plus vite que prévu», les jésuites du Canada vont publier une liste de tous leurs membres qui ont été accusés de façon crédible d'abus sexuels sur des mineurs depuis 1950.
Dans un an, en janvier 2021, ou même plus tôt, «si le travail va plus vite que prévu», les jésuites du Canada vont publier une liste de tous leurs membres qui ont été accusés de façon crédible d'abus sexuels sur des mineurs depuis 1950.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-12-19 16:55 || Canada Canada

Dans un an, en janvier 2021, ou même plus tôt, «si le travail va plus vite que prévu», les jésuites du Canada vont publier une liste de tous leurs membres qui ont été accusés de façon crédible d'abus sexuels sur des mineurs depuis 1950.

La congrégation religieuse a déjà confié au personnel d'une entreprise externe le mandat de constituer cette liste. Les enquêteurs du King International Advisory Group auront «accès à tous les dossiers concernant les jésuites accusés, qu'ils aient été condamnés ou non ou qu'ils soient décédés au moment de leurs accusations», assure la communauté. «Aucune restriction n'a été imposée à leur accès à l'information ou aux conclusions.»

Ce ne sera pas qu'une simple succession de noms et de dates de naissance, d'ordination ou de décès, ajoute-t-on. La liste donnera des renseignements détaillés sur les affectations de tout jésuite accusé. La liste qui sera rendue publique dans un an «comprendra une chronologie détaillée des déplacements d'un jésuite accusé et de ses affectations à n'importe quel moment dans le temps».

De plus, le document que rédigeront les enquêteurs «traitera des allégations où il semble plus probable qu'improbable qu'une infraction a été commise». Les dossiers qu'ils consulteront pourraient ainsi révéler que des paroissiens, des autorités civiles ou encore d'autres membres du clergé ont déposé des plaintes crédibles contre des jésuites, bien qu'«aucune accusation ou action civile n'ait jamais été intentée» par la suite.

Alors que les diocèses et les congrégations religieuses du Canada refusent ou hésitent toujours à rendre publics les noms des prêtres et des religieux visés par des accusations crédibles qui n’ont pas été inculpées ou déclarées coupables, les jésuites considèrent que cette divulgation est essentielle.

«Nous avons entendu la voix des victimes d'abus sexuels durant leur enfance. Les listes fournissant au public de l'information [sur les abuseurs] sont importantes pour la guérison. C'est la bonne chose à faire pour nous dans une perspective de promotion de la transparence et de la responsabilité institutionnelle», a déclaré Erik Oland, le provincial de la Province des jésuites du Canada.

Cette entité administrative regroupe les jésuites des anciennes provinces du Canada français et du Canada anglais. Les jésuites d'Haïti en font aussi partie. La province jésuite canadienne compte aujourd'hui 224 membres.

En annonçant la tenue de cette enquête dans les archives et dans les dossiers actuels de la communauté, le jésuite Oland a aussi révélé que, depuis 1958, deux jésuites sont responsables d'«au moins 90% ou plus des plaintes déposées» contre la congrégation. Ce sont le père George Epoch et le frère Norman Hinton, aujourd'hui décédés, tous deux actifs dans les missions jésuites du nord de l'Ontario. «Au cours des 25 dernières années, il n'y a pas eu d'accusations d'abus sexuels contre des mineurs qui n'étaient pas des allégations historiques», précisent aussi les jésuites canadiens.

Les jésuites ont «toujours coopéré et coopéreront toujours pleinement avec les autorités civiles», a déclaré le provincial Erik Oland. La congrégation a adopté une «politique de tolérance zéro à l'égard des cas de conduite inappropriée entre un jésuite et un mineur».

***

 

 

du même auteur

«On ne veut pas que nos lieux de culte soient des centres de propagation du virus. Parce que, pour nous, la vie humaine est sacrée», affirme Hassan Guillet.
2020-05-28 15:20 || Québec Québec

«On ne veut pas que nos lieux de culte soient des centres de propagation du virus»

Les portes de l'église Saint-Jean-l’Évangéliste de Coaticook (vue ici dans les années 1950) demeureront fermées lorsque les autorités de la santé publique vont enfin autoriser la réouverture des lieux de culte au Québec.
2020-05-27 14:37 || Québec Québec

La pandémie précipite la fermeture définitive d'une église en Estrie

La Librairie Paulines de Montréal, rue Masson.
2020-05-27 00:01 || Québec Québec

Réouverture de la Librairie Paulines de Montréal

articles récents

Le père Francis G. Morrisey, professeur émérite et ancien doyen de la Faculté de droit canonique de l'Université Saint-Paul, est décédé le 23 mai 2020 au Centre Élisabeth-Bruyère d'Ottawa. Il était âgé de 84 ans.
2020-05-25 09:35 || Canada Canada

Décès de l'oblat Francis G. Morrisey, canoniste de réputation mondiale

La Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent (RIPRSL) avait demandé aux citoyens de dénoncer tous rassemblements ou activités dont ils sont témoins, ce qui comprend les rassemblements religieux.
2020-04-15 10:28 || Québec Québec

Aucun rassemblement religieux dénoncé en Montérégie

Prévue au mois d'avril, l'assemblée générale annuelle des membres de la Mutuelle d'assurance en Église est reportée à une date ultérieure.
2020-03-05 09:18 || Québec Québec

Mutuelle d'assurance en Église: assemblée générale annuelle reportée