Abus sexuels

Une victime d'abus exige plus de redevabilité de l'Église

Marie Collins à la Rencontre mondiale des familles, à Dublin, le 24 août 2018.
Marie Collins à la Rencontre mondiale des familles, à Dublin, le 24 août 2018.   (CNS photo/Clodagh Kilcoyne, Reuters)
2019-01-15 17:13 || Vatican Vatican

Une survivante et militante pour les droits de ceux qui ont été victimes d'abus sexuels par des membres du clergé a demandé au pape François de nommer publiquement les évêques reconnus coupables de négligence par des tribunaux religieux.

L’Irlandaise Marie Collins – qui a été membre de la Commission pontificale pour la protection des mineurs de 2014 à 2017 – a également déclaré que, lors du sommet qui doit se tenir au Vatican en février sur les abus sexuels, le pape devrait définir des procédures détaillées pour responsabiliser les évêques.

Lors d'une conférence publique tenue à Dublin le 14 janvier, Mme Collins a déclaré que la réunion au Vatican – à laquelle participeront les présidents des conférences épiscopales du monde entier ainsi que de hauts responsables du Vatican – devrait donner la priorité à la création de politiques et de procédures universelles pour protéger les enfants.

«L'expérience des pays qui ont fait face à la crise des abus n'est pas utilisée pour mettre en place des politiques universelles pour les pays où cela n'a pas encore été fait», a-t-elle déclaré à la rencontre organisée par We Are Church Ireland.

«Vous pouvez être sûr qu'il y a de la maltraitance envers les mineurs dans tous les pays où l'Église est présente, comme dans toutes les sociétés. Pourtant, les mandarins endormis dans la direction de notre Église semblent penser que s'ils ferment les yeux, ils resteront cachés, et ils n'auront pas à s'en occuper», a-t-elle déclaré.

Des tentatives compromises

Marie Collins, qui a rencontré le pape François lors de son voyage en Irlande en août, a déclaré qu'elle pensait que les tentatives de lutte contre la maltraitance étaient compromises car il n'existe pas d'accord universel clair sur ce qui constitue un abus sexuel sur un mineur.

«Le Vatican n'a pas clairement défini ce qui constitue en réalité une agression sexuelle sur un mineur aux yeux de l'Église officielle», a-t-elle déclaré. «À l'heure actuelle, le flou du droit canonique en matière d'abus fait que les procès en droit canonique ne peuvent pas aboutir à un verdict de culpabilité pour des cas où la plupart des gens verraient clairement que des abus ont bien été commis.»

«S'il n'y a pas d'entente cohérente dans toute l'Église sur ce qu'est l'abus sexuel d'un mineur, alors comment pouvons-nous espérer un traitement cohérent de la question?», a-t-elle demandé.

Marie Collins a également fait valoir que le terme «tolérance zéro» signifie différentes choses pour différentes personnes au sein de l'Église. Elle a déclaré que la réunion de Rome devrait convenir d'une définition claire du terme «et s'engager à la mettre en œuvre».

Elle a ajouté qu'elle pensait que la «tolérance zéro» vis-à-vis des abus devait être ajoutée au droit canonique et que cela devrait être convenu par les conférences épiscopales.

«Cela donnerait une cohérence à la manière dont les abus sexuels sur des mineurs sont traités, peu importe où dans le monde, au lieu de la situation ad hoc actuelle. [...] Le nom de tout dirigeant de conférence épiscopale qui refuse de se conformer devrait être dévoilé et son explication rendue publique.»

Davantage de transparence

Sur la question de la responsabilité des évêques accusés de ne pas répondre de manière appropriée aux allégations d'abus, Mme Collins a déclaré que «le pape devrait faire une déclaration claire au cours de cette réunion en décrivant le processus de responsabilité utilisé par l'Église pour demander des comptes aux évêques de négligence, de protection des agresseurs ou de dissimulation. Qui enquête? Qui sont les juges? Quelles sont les sanctions?»

«Le pape François m'a également dit qu'il y avait eu des verdicts de culpabilité contre des évêques et qu'il avait retiré les coupables. [...] À cette rencontre, il a besoin de nommer ceux qui sont coupables, quelle était l'infraction et quelle sanction leur a été infligée

«Il doit également s'engager à rendre ces verdicts de culpabilité publics à l'avenir», a-t-elle déclaré.

Marie Collins a déclaré qu'elle n'était pas optimiste sur le fait que la réunion aboutira à ce qu'elle pense être nécessaire.

«Je crains que ce que l'on entende dire, c'est qu'il y ait eu beaucoup de prière, de réflexion et de 'discussions fructueuses'», a-t-elle déclaré.

«Nous serons assurés que les choses avancent et qu'il y aura des promesses pour l'avenir, mais nous verrons très peu de plans d'action, sur papier, concrets et engagés», a-t-elle déclaré.

Un Vatican dysfonctionnel?

Marie Collins a démissionné de son poste à la Commission pontificale pour la protection des mineurs en 2017, affirmant qu'elle avait observé un manque de sérieux sur la question de la part des responsables du Vatican. Elle a déclaré à la rencontre de Dublin qu'elle pensait que la raison pour laquelle le problème n'était pas mieux traité était le fait que le Vatican était «dysfonctionnel».

«Cela tient en partie à la manière dont le Vatican mène ses travaux. Le cléricalisme est enraciné dans son tissu. Il est inefficace, chargé d'une bureaucratie lourde, avec des jalousies entre départements, ce qui entraîne un manque de coopération.»

«Je ne crois pas que le changement se produira si nous attendons qu'il vienne de l'intérieur. Les laïcs doivent continuer à parler avec force pour les changements et ne pas être détournés. La nécessité évidente d'impliquer les laïcs, y compris les femmes, à tous les niveaux doit arriver si l’Église doit entrer dans le XXIe siècle avec ses gens.»

«Il faut de la persévérance et de la patience; il n'y a pas de solution miracle, mais aucun changement ne se produira si nous ne travaillons pas dans ce sens. La seule alternative est de s'en aller et ce n'est pas la solution», a-t-elle déclaré à la rencontre.

Le sommet du Vatican, qui doit se dérouler du 21 au 24 février, est la première rencontre mondiale d’évêques convoqués pour discuter des abus dans l’Église.

S'exprimant en novembre, le porte-parole du Vatican d’alors, Greg Burke, a qualifié la décision de «sans précédent».

Michael Kelly

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le président français Emmanuel Macron et le nonce apostolique en France, Luigi Ventura, se saluent en janvier 2018. Ancien nonce au Canada, Mgr Ventura est visé par une enquête pour agression sexuelle.
2019-02-15 10:30 || Monde Monde

L’ancien nonce au Canada sous enquête pour agression sexuelle

Le «manifeste» du cardinal Gerhard Muller est vu par plusieurs comme une critique envers le pontificat de François.
2019-02-12 17:35 || Monde Monde

Le coup de poing doctrinal du cardinal Muller

Des enfants apportent des offrandes lors de la messe du 1er janvier 2014 à l'église Holy Rosary, à Abuja, au Nigeria.
2019-02-07 17:42 || Monde Monde

L'Afrique aussi est confrontée au scandale des abus sexuels

articles récents

L'actuel nonce apostolique au Canada, Mgr Luigi Bonazzi, assure que la nonciature n'a reçu aucune plainte au sujet de Mgr Luigi Ventura, actuel nonce à Paris, mais nonce au Canada de 2001 à 2009.
2019-02-15 17:50 || Monde Monde

Enquête sur Mgr Ventura: «Pour moi c’est difficile à croire»

Le président français Emmanuel Macron et le nonce apostolique en France, Luigi Ventura, se saluent en janvier 2018. Ancien nonce au Canada, Mgr Ventura est visé par une enquête pour agression sexuelle.
2019-02-15 10:30 || Monde Monde

L’ancien nonce au Canada sous enquête pour agression sexuelle

La grande mosquée de Québec en 2017.
2019-02-12 11:39 || Québec Québec

Sentence de Bissonnette: combat contre l’islamophobie loin d'être gagné, disent des groupes