Futur projet de loi

Enseignantes voilées: Québec se trompe de cible, disent les évêques

Le gouvernement du Québec devrait déposer ce printemps un projet de loi pour encadrer le port de signes religieux chez certains employés de l'État.
Le gouvernement du Québec devrait déposer ce printemps un projet de loi pour encadrer le port de signes religieux chez certains employés de l'État.   (Archives Présence/P. Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2019-03-13 16:15 || Québec Québec

Le gouvernement du Québec se trompe de cible en s’attardant aux signes religieux portés par les enseignants, affirment les évêques québécois.

Dans un communiqué qui a toute les apparences d’un coup de semonce avant que le gouvernement de François Legault ne dépose son projet de loi sur la laïcité, l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) estime que «la forme que prend le débat actuel sur le port des signes religieux par les enseignantes et les enseignants des écoles publiques nous fait passer à côté du véritable enjeu de leur responsabilité quant à la neutralité de l’État».

Selon l’AECQ, croire que le port d’un signe religieux induit automatiquement une attitude prosélyte de la part de celui qui le porte est «erroné». Tout comme le fait qu’une personne n’en porte pas ne garantit en rien qu’elle n’aura pas d’attitude prosélyte.

«Ce sont les actes et les attitudes qui importent, et non pas les apparences extérieures», insistent les évêques. «C’est pourquoi il nous apparaît plus sage et raisonnable d’encadrer les enseignantes et les enseignants dans l’exercice de leur rôle à l’égard de la neutralité de l’école publique.»

L’AECQ note au passage que le débat sur les signes religieux est très souvent réduit à un débat sur l’habillement de femmes musulmanes. «Cibler un groupe particulier de femmes ne contribue en rien à ce devoir collectif d’intégration sociale et culturelle», affirme-t-elle, estimant plutôt qu’il est du devoir de l’État de «tout mettre en œuvre» afin de faciliter l’intégration «des femmes issues de communautés culturelles et de minorités visibles dans le monde du travail, dans la fonction publique et plus généralement dans la société».

Les évêques québécois se font solidaires des coutumes de certaines musulmanes lorsqu’ils évoquent des «manifestations religieuses légitimes auxquelles nous n’étions pas habitués». Il faut selon eux y voir un « défi stimulant: celui d’aménager un espace public ouvert et accueillant où puissent s’exprimer, dans le respect mutuel, les valeurs et les croyances des uns et des autres et du coup, s’enrichir mutuellement par ces rencontres».

Dans leur prise de position, l’épiscopat réitère qu’il respecte la compétence de l’État en matière de neutralité religieuse, mais que ce dernier doit également s’assurer de respecter la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, dont son célèbre article 18 qui garantit la liberté de croyance et de religion.

«Le port de signes ou de vêtements manifestant une appartenance religieuse est un cas évident d’exercice de la liberté de religion. Restreindre de quelque manière que ce soit cette liberté fondamentale ne devrait se faire que sur la base de raisons graves et inattaquables», avertit l’AECQ.

Le gouvernement du Québec élabore présentement un nouveau projet de loi pour encadrer le port de signes religieux. Celui-ci pourrait interdire des symboles ou vêtements religieux pour certains employés de l’État. On s’attend à ce qu’il soit déposé avant la mi-mai.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Les évêques du Québec sont à l’aise avec la décision de la Ville de Montréal de retirer le crucifix de la salle du conseil.
2019-03-20 16:14 || Québec Québec

Crucifix: les évêques à l’aise avec le retrait annoncé par Montréal

La télévision d’État a annoncé le 19 mars sa décision de mettre fin à l’émission.
2019-03-19 11:33 || Canada Canada

ICI Radio-Canada annonce la fin de Second regard

Le président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, Mgr Lionel Gendron, a pris part au Sommet sur la protection des mineurs au Vatican du 21 au 24 février 2019.
2019-03-01 11:32 || Canada Canada

Abus sexuels: le président de la CECC a appris à voir les victimes autrement

articles récents

Le centre Fundación ERIC et la station radiophonique Radio Progreso, deux organismes du Honduras dirigés par le jésuite Ismaël Moreno, mieux connu sous le nom de Padre Melo (photo), font partie des organismes que Développement et Paix a décidé de ne plus financer en 2018.
2019-03-13 16:08 || Canada Canada

Les jésuites canadiens agacés par une décision de Développement et Paix

Le premier ministre François Legault (photographié ici en janvier 2019) estime que le cours Éthique et culture religieuse (ECR) «doit être complètement revu».
2019-02-27 14:09 || Québec Québec

Legault: le cours ECR «doit être complètement revu»

Gabriel Groulx, président du conseil d'administration de la Mutuelle d'assurance en Église depuis quelques mois.
2019-02-14 20:47 || Québec Québec

Alfonso Graceffa demeure au CA de la Mutuelle d'assurance en Église