Le cardinal conservateur Raymond Burke

Limiter l'immigration musulmane est «responsable», selon un cardinal

Le cardinal conservateur américain Raymond Burke prenait part à une rencontre pro-vie à Rome le 17 mai 2019.
Le cardinal conservateur américain Raymond Burke prenait part à une rencontre pro-vie à Rome le 17 mai 2019.   (CNS Photo/Robert Duncan)
2019-05-21 10:12 || Monde Monde

Limiter le nombre de musulmans autorisés à immigrer dans des pays traditionnellement chrétiens serait une décision prudente de la part des politiciens, a déclaré le cardinal américain Raymond L. Burke.

Lors d'une conférence pro-vie et pro-famille à Rome, le 17 mai, la veille de la Marche pour la vie en Italie, le cardinal Burke a exposé son point de vue sur l'immigration.

«J'estime que le fait de résister à l'immigration musulmane à grande échelle, selon moi, est responsable», a déclaré le cardinal Burke, répondant à une question écrite.

L'islam «se croit destiné à gouverner le monde», a-t-il déclaré. «Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste des fusées pour voir ce qui s'est passé en Europe», a déclaré le cardinal, citant les importantes populations immigrées musulmanes en France, en Allemagne et en Italie.

Les commentaires du cardinal conservateur s’inscrivent dans un débat entre les catholiques sur l'application des préceptes de l'Évangile en ce qui concerne les migrants arrivant dans les pays occidentaux en provenance d'Afrique et du Moyen-Orient.

Début mai, le cardinal Konrad Krajewski, aumônier apostolique, a confié à un journaliste que le Vatican refuserait une bénédiction papale à Matteo Salvini, vice-Premier ministre italien, connu pour ses politiques d'immigration restrictives.

Le cardinal Burke a déclaré que l'Église doit être généreuse envers «les individus qui ne sont pas capables de trouver un moyen de vivre dans leur propre pays», ce n'est pas le cas de nombreux migrants musulmans qui seraient selon lui «des opportunistes».

Le cardinal a mentionné le livre d’un ancien reporter de Breitbart News, Raheem Kassam, comme preuve que l'immigration musulmane a un effet même aux États-Unis.

Le pape François a fait de l'attitude généreuse à l'égard des migrants une pierre angulaire de son pontificat, soulignant le devoir chrétien de «souhaiter la bienvenue à l'étranger» pour des raisons politiques ou démographiques, bien qu'il ait répété à maintes reprises qu'il incombait aux chefs de gouvernement d'évaluer le nombre de migrants que leur pays peut intégrer. Une telle évaluation devrait inclure les coûts financiers pour aider les immigrants à apprendre la langue et les coutumes locales, a déclaré le pape.

Répondant à la question écrite d'un participant à la conférence, le cardinal Burke a déclaré que l'abandon des normes morales traditionnelles par les nations chrétiennes était l'une des causes de l'afflux musulman en Europe.

«Les musulmans ont déclaré qu'ils étaient aujourd'hui capables d'accomplir ce qu'ils ne pouvaient pas accomplir dans le passé avec des armements parce que les chrétiens ne sont plus prêts à défendre leur foi, ce qu'ils croient; ils ne sont plus prêts à défendre la loi morale», a dit le cardinal.

Une autre raison du changement démographique, a déclaré le cardinal, est que «les chrétiens ne se reproduisent pas», faisant référence à l'utilisation répandue des contraceptifs.

Dans ce contexte, les catholiques ont le devoir d'informer les migrants sur «la culture en faillite» dans laquelle ils sont reçus. Dans la mesure du possible, les catholiques devraient même essayer de travailler avec eux «pour recouvrer la véritable culture», ce qui inclut une reconnaissance de la dignité de la vie, le respect de la moralité sexuelle et le culte de Dieu, a déclaré le cardinal.

Au vu de ces considérations, limiter «une immigration musulmane à grande échelle est en fait, en ce qui me concerne, un exercice responsable de son patriotisme», a déclaré le cardinal Burke.

En avril, le cardinal Burke a rédigé la préface d'un livre de l’historien italien Roberto de Mattei traitant de la résistance filiale au pape dans l'histoire de l'Église.

«En cette période de crise spirituelle et morale la plus profonde, l'Église catholique a plus que jamais besoin de rappeler sa tradition sacrée, ininterrompue depuis l'époque des apôtres», a écrit le cardinal.

Le cardinal Burke, 70 ans, est peut-être mieux connu comme l'un des quatre cardinaux qui, opposés à la possibilité que des couples divorcés et civilement remariés aient à nouveau accès aux sacrements, ont écrit une série de «dubia», ou doutes, sur l'exhortation du pape François en Amoris Laetitia sur la famille publié en 2016.

Le cardinal Willem Eijk (Pays-Bas), autre conférencier à la conférence, a déclaré que la théorie du genre minait les rôles des mères, des pères et des époux. Cela altère également la relation biologique entre parents et enfants et nuit à la capacité de partager les enseignements de l'Église sur Dieu en tant que Sainte Trinité.

«De cette manière, l'analogie entre la relation entre le Christ et l'Église et la relation entre le mari et la femme est également préjudiciable», a-t-il déclaré.

La théorie du genre «contredit radicalement l'enseignement de l'Église selon laquelle le lieu d'une relation sexuelle ne peut être qu'entre un homme et une femme, dans le cadre d'un mariage, et doit toujours être ouvert à la procréation», a déclaré le cardinal.

Le cardinal, qui avait suivi une formation de médecin avant de devenir prêtre, a déclaré que les personnes souffrant de dysphorie de genre subissaient «de grandes souffrances» et qu'elles devraient être «prises au sérieux».

Elles ont besoin d'un soutien psychologique, y compris une psychothérapie, a-t-il déclaré. La réponse n'est pas un traitement hormonal ou une chirurgie. «La chirurgie n'est pas la bonne réponse à un problème psychologique», a-t-il dit.

Robert Duncan, avec Deborah Gyapong

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

La Congrégation pour l'éducation catholique parle de la théorie du genre dans un document publié le 10 juin 2019.
2019-06-11 11:06 || Vatican Vatican

Rome reste opposé à la théorie du genre

Pascal Siakam (43) affronte Draymond Green (23) le 30 mai 2019 dans le premier duel de la finale de la NBA opposant les Raptors de Toronto aux Golden State Warriors.
2019-06-10 09:52 || Monde Monde

D'un séminaire camerounais à la NBA

Mgr Mark Coleridge, archevêque de Brisbane et président de la conférence épiscopale australienne, réagit au rapport de la commission royale à Sydney en août 2018.
2019-06-04 17:18 || Monde Monde

L'Église australienne publie ses normes de protection des mineurs

articles récents

Pascal Siakam (43) affronte Draymond Green (23) le 30 mai 2019 dans le premier duel de la finale de la NBA opposant les Raptors de Toronto aux Golden State Warriors.
2019-06-10 09:52 || Monde Monde

D'un séminaire camerounais à la NBA

L’Association des scouts du Canada a décidé, après une vaste consultation auprès de ses membres, de laïciser l’ensemble de sa structure, y compris les textes de sa loi et de la promesse scoute.
2019-06-07 10:51 || Canada Canada

«Toujours prêts!», avec ou sans Dieu

C’est l’équipe gagnante de la catégorie des 18 à 21 ans qui a volé la vedette. Il s’agit des Soul Sisters, composée uniquement de filles, qui a remporté la coupe sans gagner un seul match.
2019-06-03 16:30 || Québec Québec

Un tournoi de hockey où les valeurs valent plus que les buts