"/>

Chronique de Jean-Claude Leclerc

Des sanctuaires en attente de miracles

Un homme prie à l'Oratoire Saint-Joseph le 2 octobre 2017.
Un homme prie à l'Oratoire Saint-Joseph le 2 octobre 2017.   (CNS photo/Gregory A. Shemitz)
Jean-Claude Leclerc | Chroniqueur
Chroniqueur
2018-08-06 14:17 || Québec Québec

Le Frère André aurait été fort surpris si on lui avait prédit que l’Oratoire Saint-Joseph, l’un des plus célèbres sanctuaires de la chrétienté, rivaliserait un jour avec les grandes attractions touristiques d’aujourd’hui. Devant l’afflux de miséreux attirés par sa charité, l’humble portier du Collège Notre-Dame s’était satisfait d’une petite chapelle bâtie, de l’autre côté de la rue, sur un terrain du Mont-Royal acquis par la Congrégation de Sainte-Croix et destiné d’abord aux élèves.

Jamais n’aurait-il osé s’attribuer les guérisons «miraculeuses» qui firent de lui un thaumaturge au siècle dernier. Néanmoins, sa renommée s’étendit partout au pays. Plusieurs œuvres caritatives et institutions d’enseignement des Sainte-Croix aux États-Unis portent son nom, de même qu’en Amérique latine et en Afrique et jusqu’en Inde et au Bangladesh. Mais dans un Québec de moins en moins pratiquant, les sanctuaires et les saints qu’ils vénèrent voient maintenant décliner leur fréquentation.

Leurs responsables ont entrepris de revoir l’approche des pèlerinages. Ainsi le recteur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay, déclare à Présence: «Nous devons réinventer les sanctuaires. Walt Disney World fait partie de ma réflexion. Il faut aller chercher des idées dans le monde touristique et dans le monde du loisir.» Pour le père Claude Grou, de l’Oratoire Saint-Joseph, il s’agit de «répondre à des besoins nouveaux tout en continuant de pourvoir les offres traditionnelles».

D’aucun s’étonneront que les sanctuaires parlent de modèle ou de plan d’affaires et semblent en quête de «produits» comme si pèlerins et visiteurs étaient des clients à garder ou à trouver. Pourtant, le Frère André n’a pas eu besoin de marketing pour attirer les foules. L’Album officiel de sa canonisation souligne non seulement sa modestie mais son accueil préférentiel pour les éclopés de la vie. Son grand miracle, faut-il comprendre, aura été de convertir la Congrégation de Sainte-Croix à cette priorité évangélique!

Or, qu’aurait-il pensé de «l’ascension vers le ciel» proposée par les architectes, du lieu exceptionnel de «spiritualité, de culture et de beauté» décrit par le père Grou, et surtout du sommet d’où le visiteur verra entièrement Montréal et sa région, avant de redescendre en méditant? Les dons du public et des amis du Frère André avaient payé la première basilique. Le présent parachèvement aura coûté à la fin 80 millions $, dont 50 millions $ venant des gouvernements et 10 millions $ de la Ville de Montréal.

Les travaux débuteront en 2020 mais déjà la députée d’Outremont et ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, y voit un «joyau mondial» et un «projet essentiel» dont l’observatoire unique aura «la ville comme objet de contemplation». Il serait pourtant douteux que les pèlerins y détectent d’aussi haut les drames qui écrasent tant de gens ici-bas: tels ces migrants enfermés dans un centre fédéral de détention, ces éclopés que la police chasse des parcs, et toutes ces autres victimes de la misère.

Envahie par des hôpitaux, des universités, des cimetières et même un stade, la verte montagne que les fondateurs de Ville-Marie pouvaient admirer n’a plus guère de splendeur à faire contempler. Une croix de bois y fut d’abord plantée en 1643 par ces pionniers de la foi au Canada en remerciement de la protection de la Vierge contre l’inondation de la colonie. Plus tard, en 1924, la Société Saint-Jean-Baptiste et ses donateurs y firent dresser la croix de métal qui illumine encore le mont Royal.

Mais la montagne connut aussi des controverses. Quand des catholiques voulurent ériger, plus haut que le Jésus de Rio, une Vierge Marie de bronze, un maire iconoclaste, Honoré Beaugrand, fit interdire le pieux projet! Depuis, ce parc naturel conçu par Frederick Law Olmstead à l’intention de toute la population, est laissé par les néo-progressistes de l’Hôtel de Ville aux mordus de l’auto et du vélo, voire aux délinquants, en attendant l’arrivée d’autres spéculateurs de l’immobilier.

Olmstead, rappelle Jean-Claude Marsan dans Le Devoir, voulait que «l’accès au sommet de la montagne soit assuré par un chemin ayant la pente la plus douce possible de façon que tout le monde puisse s’y rendre facilement». Il s’étonne que «l’accès à la plus haute fenêtre de Montréal sera réservé à ceux qui auront les capacités physiques et le courage de s’y rendre». «Exclues, donc, conclut-il, les personnes âgées, à mobilité réduite ou d’énergie moyenne, y compris les montées en famille.»

L’architecte et urbaniste montréalais n’a rien perdu de sa conscience professionnelle et sociale. Mais il faudrait un miracle, diront certains croyants, pour secouer la torpeur des bâtisseurs de cathédrale et de gratte-ciel en plein milieu de populations parfois privées de services élémentaires. À tout le moins, quand des sanctuaires hier connus pour des guérisons miraculeuses en sont rendus à chercher du secours à Walt Disney World, force serait aussi bien d’évoquer le Golgotha sinon la Tour de Babel...

Il faut croire que depuis la proclamation à Rome de la sainteté du Frère André, le portier du Collège Notre-Dame est trop submergé de supplications en provenance cette fois des victimes de l’Église et de l’État à travers le monde, pour entendre la voix des nouveaux éclopés de sa terre natale. Néanmoins, tout espoir n’est pas perdu. Depuis le passage aux pouvoirs publics des services qu’elles ont longtemps rendus, des communautés religieuses, notamment de femmes, restent fidèles à leur engagement auprès des gens laissés pour compte.


3 Commentaire(s)

Éric Laliberté, doctorant en théologie, spécialisé en études pèlerines. Université Laval. || 2018-08-12 12:26:42

La spiritualité du 21e siècle revêt des visages qui sont souvent méconnus et ceux-ci se doivent d'interpeller l'église. Plus particulièrement les sanctuaires qui pourraient avoir le potentiel de survivre aux églises paroissiales. Cependant, en faire un produit qui relève du cirque médiatique (en évoquant le modèle Disney) n'est pas une solution viable. Ces modes passeront. La spiritualité ne se construit pas sur du clinquant, mais avec le peuple en marche. À titre d'exemple, le modèle des chemins de Compostelle. Ceux-ci ont su transcender le phénomène de mode au cours des 40 dernières années et persistent comme exercice spirituel marquant du début de ce 21e siècle. Et si l'exercice persiste, c'est qu'il prend racine à la base de l'expérience: chez le pèlerin. Ce n'est pas l'institution qui en est maitre. Plutôt que de tenter de contenir l'Église sous forme de "marché" à développer, l'institution aurait avantage à déceler les nouveaux visages des enjeux spirituels actuels. En s'inscrivant dans une "culture de marché", les sanctuaires sont bien plus tournés vers leurs propres besoins que préoccupés par les besoins spirituels de notre époque. Le sanctuaire est un espace d'accueil, ouvert à tous, où l'être humain peut y trouver un oasis de paix dans le tumulte de la vie actuelle. Si les chemins de Compostelle persistent, c'est sans doute parce qu'ils sont devenus plus "sanctuaire" que la cathédrale de Santiago. L'expérience qui s'y vit dépasse même la "culture de marché" qui tente de s'approprier le modèle. Enfin, nos sanctuaires québécois auraient avantage à réfléchir le sens que revêt le sanctuaire pour aujourd'hui. Il n'a rien à voir avec Disney, mais bien plus avec ce lieu que recherchent les réfugiés lorsqu'ils sont en quête d'une "ville-sanctuaire".

André Samson, ptre || 2018-08-07 12:27:43

J'ai oeuvré à l'Oratoire Saint-Joseph pendant près de deux années. J'ai été finalement mis à la porte en 2013 parce que j'avais éprouvé un peu trop d''empathie pour un jeune homme de 18 ans qui avait été abusé sexuellement par son curé de paroisse ( https://www.lesoleil.com/archives/pedophilie-un-pretre-brise-la-loi-du-silence-fe6f87da2ed9c0163d68557d4832d79b ). Il y a 5 ans, les autorités de l'Oratoire s'inquiétaient de la baisse constante des pèlerins au profit de touristes iconoclastes. Cette mutation de la clientèle signifiait une baisse de la vente des lampions, des sommes recueillies lors des quêtes dominicales, du nombre des amis donateurs du frère André et de l'achat d'intentions de messe. Il faillait donc offrir une occasion de dépenser à ces touristes. De là est germé le projet d'un observatoire, car si son ascension sera ardue, elle sera aussi payante. À défaut du Saint-Esprit, Walt Disney a déjà inspiré les bons pères. Pendant ce temps, les victimes d'abus sexuels continuent à croupir, trop souvent silencieusement, dans leurs souffrances. Souffrances que j'écoute depuis quelques mois dans le cadre d'un projet de recherche financé par le Ministère de la justice du Québec et le CRIPHASE de Montréal. Pendant que les bons pères prient sur leur montagne, des hommes et des femmes souffrent dans la vallée. André Samson, ptre André Samson, LL.B., Ph.D., c.o. Professeur titulaire / Full Professor Vice-doyen / Vice-dean Université d’Ottawa / University of Ottawa Faculté d’éducation / Faculty of Education 145 Jean-Jacques Lussier Ottawa, ON K1N 6N5

Michel Nault || 2018-08-07 06:41:25

Belle et bonne réflexion!

 

du même auteur

Le cardinal Reinhard Marx, de Munich, réagit le 25 septembre 2018 à la publication d'un rapport indiquant que 1670 clercs allemands ont agressé près de 3700 enfants entre 1946 et 2014.
2018-09-28 16:11 || Monde Monde || 5 Commentaire(s)

C’est la crise

Le pape lors de sa visite au Chili, le 17 janvier 2018.
2018-06-04 11:28 || Monde Monde || 4 Commentaire(s)

Église et pédophilie: la vérité vous rendra libres

La campagne électorale s’annonce serrée au Québec. Y aurait-il lieu de craindre, comme autrefois, le recours aux grandes peurs collectives?
2018-05-08 08:28 || Québec Québec || Aucun commentaire

L’éthique en campagne électorale: l’arme des peurs collectives

articles récents

Anne Leahy est une diplomate canadienne, chargée de cours à l'Université McGill. Elle a été ambassadrice près le Saint-Siège pour le Canada de 2008 à 2012.
2018-10-19 00:00 || Québec Québec || Aucun commentaire

Anne Leahy, lectrice et ambassadrice de Présence

Raymonde Jauvin et l'équipe de Présence lors du lancement de l'agence à Montréal en 2015.
2018-10-16 18:14 || Québec Québec || 1 Commentaire(s)

Décès de sœur Raymonde Jauvin, cnd : condoléances de l'équipe de Présence

Dans le tome 3 de ses Mythes et réalités dans l’histoire du Québec (Bibliothèque québécoise, 2018), le regretté historien Marcel Trudel (1917-2011) trace un saisissant portrait du Québec ancien, qu’il décrit comme «une société rurale centrée sur l’église».
2018-10-16 10:29 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

Voyage dans l’Église de l’ancien temps avec Marcel Trudel

 
 
 

À la une

L’anthropologue Luce Des Aulniers a fait le point sur notre rapport à la mort dans le cadre du colloque sur les rites funéraires catholiques au sein de la francophonie canadienne qui se tenait à l’Université Laval les 17 et 18 octobre.
2018-10-18 12:31 || Canada Canada

Et à l'heure de notre mort

Lancement à Montréal le 25 octobre d'Une bible des femmes.
2018-10-17 14:26 || Québec Québec

Lancement à Montréal d'Une bible des femmes

Aubin Boudreau, sœur Nicole Fournier et Jean-Pierre Léger ont souligné le 15 octobre 2018 le 20e anniversaire de la réouverture de l'Accueil Bonneau.
2018-10-16 15:18 || Québec Québec

Il y a 20 ans, l'Accueil Bonneau rouvrait ses portes