Chronique de Jocelyn Girard

Procès Barbarin: coup d’envoi d’une année cruciale en matière d’abus cléricaux

Le procès de l'archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, débutait le 7 janvier 2019.
Le procès de l'archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, débutait le 7 janvier 2019.   (CNS photo/Emmanuel Foudrot, Reuters)
Jocelyn Girard | Chroniqueur
Chroniqueur
2019-01-08 14:42 || Monde Monde

Cela se passe à Lyon en ce début de 2019. Le cardinal Barbarin et cinq de ses collaborateurs font face à la justice française. On leur reproche d’avoir manqué à leur devoir de dénoncer et de suspendre le père Preynat de toute fonction sacerdotale après avoir connu les faits allégués contre lui dès 2006.

Le prêtre est accusé d’avoir agressé sexuellement plusieurs dizaines d'enfants entre les années 1970 et 1990. Aucune victime n’avait porté plainte, celles-ci affirmant en avoir été empêchées par le clergé et par leurs parents atterrés alors que les délais de prescription le permettaient encore.

Le procès Barbarin survient à une période de l’histoire où les mouvements de dénonciation ont fait de grandes vagues dans les médias, toutes catégories confondues. Il nous apparaît tout-à-fait normal, aujourd’hui, d’encourager quiconque aurait subi une forme d’abus à porter plainte afin que l’agresseur soit confronté à la justice.

Il devance aussi d’à peine quelques semaines une importante rencontre des présidents de conférences épiscopales du monde entier, convoqués au Vatican par le pape en février pour se pencher sur le sempiternel problème des abus sexuels au sein de l’Église. Après les tristement spectaculaires cas de cachotteries ecclésiales au Chili et en Pennsylvanie en 2018, et après des années de révélations aux quatre coins du monde, la hiérarchie catholique parviendra-t-elle à faire de 2019 autre chose qu’un mauvais pastiche du Jour de la marmotte?

Les religions et l’État

Dans ce cas-ci, ce qui est reproché au primat des Gaules et à ses collaborateurs, c’est de n’avoir rien fait. C’est là-dessus que la justice devra statuer.

Mais qu’entend-on au juste par «rien»?

L’archevêque de Lyon soutient avoir soumis le cas au Vatican en 2014 et s’en être tenu aux consignes reçues. Pour se justifier de ne pas avoir renvoyé le cas aux autorités civiles, il a déclaré: «mon autorité à moi, c’est Rome.»

Une telle déclaration peut donner l’impression que l’Église, par le positionnement d’un haut représentant, pourrait – ou devrait – ne pas avoir à se soumettre à la justice d’un État de droit.

À une époque où l’on voit de plus en plus de groupes religieux s’élever contre les lois civiles, surtout en matière de droit de la famille et de la vie, il n’est peut-être pas si étonnant qu’un évêque tente de se déresponsabiliser devant un tribunal en affirmant sincèrement que le respect des règles de son Église aurait dû suffire à le disculper de toute responsabilité civile!

On en revient au fameux dilemme du positionnement des religions face à l’État. L’histoire est remplie d’exemples où la religion a voulu maintenir une emprise sur l’État tout comme l’inverse est vrai! C’est au moins le cas pour le christianisme, dans son ensemble, et pour l’islam.

Devant des lois qu’elle juge immorale – et elles sont nombreuses en ces temps de libertés individuelles – l’Église catholique n’hésite plus, particulièrement en France, à soutenir des initiatives populaires, des manifestations de masse et même à ne pas se distancier clairement des groupuscules qui revendiquent que la «loi divine» ait préséance sur celle de l’État.

Et la liberté de conscience?

D’aucuns pourraient défendre le cardinal Barbarin, qui semble indirectement faire appel au droit à la «liberté de conscience et de religion» afin de s’extraire d’une responsabilité juridique. Ce droit est reconnu aux individus quand ils demandent à l’État de protéger ce qu’ils considèrent comme étant leur devoir religieux. Pas besoin ici d’énoncer toutes les situations qui peuvent s’appliquer. Pensons uniquement à cette femme qui a renoncé à une transfusion sanguine par respect pour sa religion, allant jusqu’à en mourir, l’État ne se voyant pas autorisé à intervenir du fait du droit invoqué.

Le cardinal Barbarin n’est pas qu’un simple individu dans le cas qui nous préoccupe. Il est l’un des responsables de l’Église et c’est par rapport à l’exercice de sa fonction qu’il est au banc des accusés. À travers lui, c’est aussi l’Église qui est accusée de n’avoir pas su agir moralement en écartant le prêtre abuseur de toute fonction au nom de ce qu’il représente. C’est bien ce qui choque ici. Il s’agit de la non-reconnaissance de la gravité des gestes du religieux en autorité sur au moins 67 jeunes dont il a brisé les vies. En renvoyant à la justice civile son incapacité de juger des faits à l’intérieur des délais prescrits, l’archevêque utilise son positionnement religieux pour s’auto-innocenter et permettre l’impunité en faveur de l’un de ses collaborateurs.

C’est ce qui fait dire à la rédactrice en chef de Témoignage chrétien, Christine Pedotti, et auteure du livre Qu’avez-vous fait de Jésus?: « Ces hommes, qui devraient être plein d'humanité, sont incapables de comprendre de quoi il s'agit. Ils disent, "on ne savait pas, on ne comprend pas"». Et Isabelle de Gaulmyn, journaliste du fait religieux en rajoute: «Ce qui me scandalise, c’est que l’Église ne s’est jamais indignée.»

Cela donne raison à ceux et celles qui voient dans ce cas un autre épisode du procès de l’Église en Occident, incessamment confrontée à tous ses manquements à protéger les plus vulnérables de ses membres.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 


2 Commentaire(s)

Pierre || 2019-01-13 03:48:58

A Richard : permettez-moi de réagir, même si ce que vous dites sur la pornographie est juste. N'oubliez pas le point de départ de "l'affaire" Barbarin : le prêtre qui a abusé d'enfants a été maintenu dans un ministère au contact d'enfants (il était curé de paroisse puis doyen). Pourtant, ce prêtre n'a pas violé un seul enfant mais plusieurs dizaines... A l'époque il avait été sanctionné par six mois de mise en retrait de son ministère et on pensait que c'était déjà cher payé ! Alors qu'un prêtre qui aime une femme est immédiatement exclu du ministère dès que son évêque l'apprend. C'est aussi cela qui scandalise les gens.

Richard Chamberland || 2019-01-11 15:19:28

Je vous partage le commentaire d'un ami prêtre (sur FB Abbé Jean Compazieu (France) -------------- Toutes ces accusations contre le cardinal Barbarin et l'Église m'attristent au plus haut point. C'est vrai que les comportements pédophiles sont tous à condamner et à punir. Et quand je dis cela, je pense aussi à ceux qui ont lieu dans les associations sportives, les écoles et surtout les familles. Quand la pornographie s'étale au grand jour, il ne faut pas s'étonner du résultat. C'est toute la société qui est coupable et responsable. Quand je vois tous ces jeunes rivés à leur téléphone portable, je ne me fais aucune illusion. Bien sûr, c'est plus facile d'attaquer les prêtres et à travers eux l'institution "Église". On accuse, on enfonce, on méprise sans chercher à comprendre. On s'installe dans des certitudes, on demande à être "débaptisé" (ce qui n'est pas possible). Toute cette haine c'est un poison qui ne fait que s'ajouter à celui qui existe déjà. Je voudrais que chacun ouvre vraiment les yeux : Dans le cas présent, il est question d'UN prêtre, pas de tous. On ne parle pas de ceux qui s'efforcent de remplir fidèlement leur mission. Nous avons tous nos qualités et nos défauts. Quand un cas de pédophilie est avéré, c'est une catastrophe pour tous, en premier pour la victime, mais aussi pour les autres prêtres et leur évêque. Les enfoncer ne fait qu'ajouter de la souffrance à la souffrance. Personnellement, je pense aussi à ceux et celles qui s'efforcent de vivre l'Évangile en s'engageant au service des plus pauvres. Des prêtres sont engagés au Secours Catholique, au CCFD, à l'association Chrétiens d'Orient, ATD Quant Monde, les jeunes de la rue… Quand il y a une quête de solidarité, c'est à la porte de l'église qu'elle a lieu, pas sur le terrain de sport. En conclusion, je dirai : "le bien ne fait pas de bruit et le bruit ne fait pas du bien."

 

du même auteur

Jean Vanier, fondateur de L'Arche, est décédé le 7 mai 2019. Image tirée du documentaire 'Summer in the Forest'.
2019-05-07 07:23 || Monde Monde || 5 Commentaire(s)

Jean Vanier dans ma vie

Des femmes assistent à la commémoration citoyenne marquant le premier anniversaire de la tuerie à la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2018.
2019-03-27 10:28 || Québec Québec || 2 Commentaire(s)

Le mythe toxique de l’incompatibilité culturelle

Deux victimes d'abus par un membre du clergé, Alessandro Battaglia (droite) et Denise Buchanan, prennent part à une manifestation de victimes le 21 février 2019 à Rome.
2019-02-26 10:18 || Monde Monde || Aucun commentaire

Avec les victimes, jusqu’où l’Église acceptera-t-elle d’aller?

articles récents

Une jeune manifestante réclame des actions pour lutter contre les changements climatiques le 15 mars 2019 à Madrid, en Espagne.
2019-05-10 10:15 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

Ô Canada, sauve-nous du climat

La cathédrale Notre-Dame de Paris photographiée en août 2014.
2019-05-09 12:18 || Monde Monde || 1 Commentaire(s)

Notre-Dame de Paris mérite mieux qu'un concept clinquant

Jean Vanier, fondateur de L'Arche, est décédé le 7 mai 2019. Image tirée du documentaire 'Summer in the Forest'.
2019-05-07 07:23 || Monde Monde || 5 Commentaire(s)

Jean Vanier dans ma vie