"/>

1700 mètres carrés de fresques

À Rome, les restaurateurs révèlent la beauté d'origine de la Scala Santa

  • Francesca Cencia note les détails de la restauration d'une fresque de Jésus crucifié le 10 juillet 2018 à la Scala Santa, à Rome.
  • Avant-après : la splendeur des détails émerge une fois la couche de saletés enlevée.
  • Les restaurateurs poursuivent leur travail sur les fresques de la Scala Santa, à Rome, le 10 juillet 2018.
2018-07-24 10:35 || Vatican Vatican

De grandes feuilles de contreplaqué bloquent l'accès du public à l'escalier de la Scala Santa, à Rome. Une femme touche une grande photographie en couleur de l'escalier, fait un signe de croix, en priant la tête baissée, puis passe son chemin.

Pendant des siècles, les fidèles ont gravi à genoux les 28 marches en priant.

Mais cette dévotion populaire patiente depuis un an. La grande affiche représentant l'escalier est tout ce que le public peut voir tandis qu’une équipe de restaurateurs du Vatican termine la phase finale de vingt ans d’efforts pour réparer le sanctuaire du Saint Escalier et nettoyer ses 1700 mètres carrés de fresques.

Selon la tradition, l’escalier est celui que Jésus a monté lorsque Ponce Pilate l'a amené devant la foule et l'a remis pour être crucifié. La mère de Constantin, sainte Hélène, aurait apporté l’escalier à Rome depuis Jérusalem en l’an 326.

En 1589, le sanctuaire fut construit et décoré par le pape Sixte V. Il recouvre notamment l'escalier et abrite quelques-unes des plus anciennes reliques des premiers martyrs chrétiens de Rome, ainsi qu'une image byzantine du Christ.

Sixte V voulait que le sanctuaire conserve les reliques importantes, mais qu’il puisse aussi exprimer l'essentiel de la foi à travers une abondance d'images vives et colorées décrivant les événements clés de l'Ancien et du Nouveau Testament, explique Mary Angela Schroth, la conservatrice d’une galerie d'art de Rome qui a été impliquée dans le projet de restauration.

«Puisque les fidèles ne savaient souvent ni lire ni écrire, les histoires prenaient vie à travers des images», dit-elle. Ainsi, «chaque centimètre carré» du sanctuaire – ses deux chapelles, ses cinq escaliers, ses plafonds voûtés et ses larges murs hauts – étaient couverts de fresques et d'art décoratif.

«Cela devait étonner et attirer le public», souligne-t-elle.

Restauration colossale

Mais au cours des siècles, ces illustrations flamboyantes ont progressivement disparu sous la saleté, la crasse et des dégâts d'eau. Des techniques de restauration primitives ou agressives ont parfois décoloré les œuvres originales. Ajoutez à cela un mauvais éclairage et l'espace ténébreux ne faisait plus ce pour quoi il avait été conçu: être une expérience physique et spirituelle totalement immersive avec des repères visuels accompagnant les fidèles dans leur démarche vers le Sancta Sanctorum, a déclaré Paolo Violini, le meilleur expert des Musées du Vatican en matière de restauration de fresques.

Avec l'aide initiale de la Fondation Getty en 2000, puis grâce à la générosité des Patrons of the Arts des Musées du Vatican, les chapelles Saint-Laurent et Saint-Sylvestre, ainsi que les quatre cages d'escalier – deux ensembles de chaque côté de la cage d'escalier centrale des escaliers sacrés – ont été entièrement restaurés.

La restauration de l'escalier central devant être achevée d'ici la fin de l'année et l'atrium avant fin 2019, il aura fallu près de deux décennies à onze restaurateurs pour redonner vie à ce que quarante artistes ont créé en moins de deux ans au XVIe siècle. Mais le soin apporté à la restauration a porté ses fruits, permettant aux visiteurs d'aujourd'hui de voir, après 400 ans, la beauté décorative originale que les peintres du pape Sixte avaient conçue, a dit Violini.

Les gens regardaient à peine les surfaces sombres avant la restauration, dit Schroth, mais maintenant avec «ces couleurs glorieuses» et un éclairage approprié, les visiteurs font plus que simplement regarder, «ils observent et étudient ces histoires» et se souviennent de leur signification.

Redécouvrir la narration visuelle

Le recteur du sanctuaire, le père passioniste Francesco Guerra, a déclaré que l'art chrétien dans les espaces sacrés n'est pas seulement un artifice, mais un moyen aussi puissant que les mots, créé pour expliquer et partager la foi et inciter les fidèles à entrer dans une relation plus profonde et plus étroite avec Dieu.

Le sanctuaire, qui est confié aux soins et à la protection des pères passionnistes, est comme un catéchisme visuel qui existe dans tant d'églises et de sanctuaires, mais qui a besoin d'être «réévalué» et ré-accentué aujourd'hui, croit-il.

Paul Encinias, directeur de Eternal City Tours, basé à Rome, confirme que lorsqu'il emmène des groupes à la Scala Santa, ils se concentrent sur leurs prières individuelles et leurs intentions, alors qu'ils gravissent chaque marche à genoux.

«Les pèlerins catholiques du XXIe siècle sont très éloignés des narrations artistiques», a-t-il dit, et ils ne sont «pas habitués à ces indices visuels» qui les entourent, alors le but et la signification de ces œuvres devraient probablement être expliqués.

Néanmoins, certains des visiteurs que M. Incinias amène prier à la Scala Santa ont souvent une expérience «émotionnelle forte» lorsqu'ils prient et réfléchissent sur les problèmes ou les épreuves de la vie.

«Nous avons généralement peur de souffrir», et la plupart des homélies ne s'y attardent pas, dit-il. Mais parce que l’expérience encourage les gens à se connecter à la Passion du Christ, «ça touche quelque chose de profond» et les gens réalisent que «Christ est toujours avec nous, même dans nos souffrances».

Même si les escaliers sont fermés, le sanctuaire a offert un escalier latéral pour la même pratique dévotionnelle de les gravir à genoux. En moyenne, environ 3000 personnes visitent le sanctuaire chaque jour.

Le père Guerra a dit que le pape François a souligné l'importance des dévotions traditionnelles et populaires et des pèlerinages dans les sanctuaires et les lieux sacrés. Les gens sont constitués d’«esprit et d'intellect, mais aussi de chair, d’émotions et de sentiments», dit-il.

Dans la Bible, quand Jésus accomplit un miracle, «il touche la personne, il met ses doigts dans les oreilles de l'homme sourd» et prend la main d'une fille morte pour la ramener à la vie, a dit le prêtre.

Ce contact physique, qui est une partie inséparable de notre humanité, est une caractéristique clé de la Scala Santa, rappelle-t-il. En grimpant l'escalier à genoux et en réfléchissant à la passion du Christ, «les gens se sentent unis à Jésus, ils se sentent compris par Jésus, ils se sentent aimés par Dieu».

Carol Glatz

 

du même auteur

Tiberio Romero, frère d'Oscar Romero, photographié à San Miguel, au Salvador, en 2015.
2018-10-15 16:42 || Monde Monde

Les deux frères d'Oscar Romero assistent à sa canonisation

Des fidèles suivent la cérémonie de canonisation d'Oscar Romero sur écran géant à San Salvador le 14 octobre 2018.
2018-10-15 11:49 || Monde Monde

Le Salvador célèbre son premier saint, dont l’héritage reste bien vivant

Le pape a accepté la démission du cardinal Donald Wuerl, archevêque de Washington, le 12 octobre 2018. Le cardinal avait été critiqué dans la foulée de la publication du rapport du grand jury sur les abus sexuels couverts par l'Église en Pennsylvanie.
2018-10-12 11:16 || Monde Monde

Le pape accepte la démission du cardinal Wuerl

articles récents

Soeur Cécile Dionne, supérieure générale des ursulines de l'Union canadienne, soeur Pauline Duchesne, présidente du Conseil de gestion, et soeur Céline Bergeron, supérieure d’une communauté locale à l’intérieur du monastère des ursulines dans le Vieux-Québec.
2018-09-19 16:32 || Québec Québec

Ursulines : vieillir, partir, sourire

L'église Saint-Charles-Borromée, à Québec, recevra 81 250 $ pour la restauration de son parvis.
2018-08-30 16:21 || Québec Québec

Les noms des 75 églises subventionnées par Québec maintenant connus

Afin d'assurer la préservation et la mise en valeur du patrimoine religieux québécois, le gouvernement investira 15 M$ durant l'année financière 2018-2019.
2018-08-08 12:35 || Québec Québec

Patrimoine religieux: Québec annonce une enveloppe de 15 M$

 
 
 

À la une

L’anthropologue Luce Des Aulniers a fait le point sur notre rapport à la mort dans le cadre du colloque sur les rites funéraires catholiques au sein de la francophonie canadienne qui se tenait à l’Université Laval les 17 et 18 octobre.
2018-10-18 12:31 || Canada Canada

Et à l'heure de notre mort

Lancement à Montréal le 25 octobre d'Une bible des femmes.
2018-10-17 14:26 || Québec Québec

Lancement à Montréal d'Une bible des femmes

Aubin Boudreau, sœur Nicole Fournier et Jean-Pierre Léger ont souligné le 15 octobre 2018 le 20e anniversaire de la réouverture de l'Accueil Bonneau.
2018-10-16 15:18 || Québec Québec

Il y a 20 ans, l'Accueil Bonneau rouvrait ses portes