Voyage aux Émirats arabes unis

À Abu Dhabi, le pape se fait chantre de la fraternité universelle

Le pape et le cheikh Ahmad el-Tayeb lors de la rencontre interreligieuse du 4 février 2019 à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis.
Le pape et le cheikh Ahmad el-Tayeb lors de la rencontre interreligieuse du 4 février 2019 à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis.   (CNS photo/Paul Haring)
2019-02-05 16:54 || Monde Monde

Dans un État officiellement musulman où les chrétiens sont surtout des travailleurs étrangers dont on respecte la liberté de croyance, le pape François a exhorté les dirigeants des principales religions du monde à adopter une vision plus large de la liberté, de la justice, de la tolérance et de la paix.

S’exprimant dans le cadre d’une rencontre interreligieuse sur la «fraternité humaine» à Abu Dhabi le 4 février, le pape François a déclaré que tous ceux qui croient en un seul Dieu doivent également croire que tous les peuples sont leurs frères et sœurs et démontrer cette conviction de la manière dont ils traitent les autres, en particulier les minorités et les pauvres.

La rencontre, qui a rassemblé quelque 700 responsables religieux de communautés musulmanes, chrétiennes, juives, bouddhistes, sikhs, hindoues et autres, a été l’un des moments importants de la visite du pape François aux Émirats arabes unis. La réunion était parrainée par le Conseil des sages musulmans, basé à Abu Dhabi, et a été présentée comme un élément clé de l'«année de la tolérance» promulgée par les Émirats arabes unis pour 2019.

En présence du prince héritier d'Abu Dhabi, le cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, et du cheikh égyptien Ahmad el-Tayeb, grand imam d'Al Azhar et président du Conseil des sages musulmans, le pape François a remercié les Émirats pour leur respect et leur tolérance envers les chrétiens. Mais il a appeler à mieux dans son discours prononcé peu après.

«Une justice adressée uniquement aux membres de la famille, aux compatriotes [et] aux croyants de la même religion est une justice boiteuse; c'est une injustice déguisée», a déclaré le pape François à l'assemblée.

«Nous ne pouvons pas honorer le Créateur sans chérir le caractère sacré de chaque personne et de chaque vie humaine: chaque personne est également précieuse aux yeux de Dieu», a déclaré le pape.

Des chrétiens tolérés

Environ 80% des habitants des Émirats arabes unis, y compris la quasi-totalité des catholiques, sont des travailleurs étrangers qui n’ont pas le droit à la citoyenneté, mais qui jouent un rôle essentiel dans la prospérité économique du pays.

S'ils sont libres de fréquenter les églises construites sur des terres données par les familles dirigeantes des Émirats, ils doivent faire attention à ne pas être accusés de prosélytisme. Le gouvernement contrôle également de près la pratique de l'islam pour bloquer l'influence de groupes qu'il considère politiquement dangereux ou liés au terrorisme.

Le cheikh el-Tayeb, parlant devant le pape, a demandé à ses compatriotes musulmans «d'embrasser vos frères et sœurs chrétiens». «Il existe des liens particuliers entre nous. Même le Coran en parle.»

L’imam a insisté sur le fait que tous ceux qui croient en Dieu doivent croire en l’obligation de respecter la vie humaine, que Dieu a créée, et, a-t-il déclaré, «le nom de Dieu ne doit pas être utilisé pour justifier la violence. Dieu ne nous a pas créés pour causer des souffrances.»

Le cheikh el-Tayeb a également insisté sur le fait que les chrétiens devraient être traités «comme des citoyens de plein droit».

Signes de la «sagesse de Dieu»

La liberté religieuse, a déclaré le pape François à la réunion, «ne se limite pas à la liberté de culte, mais voit véritablement dans l’autre un frère ou une sœur, un enfant de mon humanité que Dieu laisse libre et que, par conséquent, aucune institution humaine ne peut contraindre, même au nom de Dieu».

S'éloignant légèrement de son texte préparé, le pape a déclaré que les différences de sexe, de race et de langue sont autant de signes de «la sagesse de Dieu» et ne doivent en aucun cas servir de prétexte pour limiter la liberté d'une personne.

Les adeptes de toutes les religions «doivent constamment être purifiés de la tentation récurrente de juger les autres en ennemis et en adversaires», a-t-il déclaré. Au lieu de cela, ils doivent s'efforcer d'adopter «la perspective du ciel» de Dieu qui ne fait pas de distinction entre ses enfants.

«Ainsi, reconnaître les mêmes droits à tous les êtres humains, c'est glorifier le nom de Dieu sur la terre», a déclaré le pape. «Par conséquent, au nom de Dieu créateur, toute forme de violence doit être condamnée sans hésitation, car nous profanons gravement le nom de Dieu lorsque nous l'utilisons pour justifier la haine et la violence contre un frère ou une sœur.»

«Démilitariser le cœur humain»

Mais le pape François a également élargi cet appel, exhortant les chefs religieux à travailler ensemble pour «démilitariser le cœur humain» et s'opposer à toute guerre.

«La guerre ne peut rien créer d’autre que de la misère», a-t-il déclaré, et «les armes n'apportent que la mort».

Le pape François a déclaré qu'il ne parlait pas simplement de guerre en théorie, car «sa misérable grossièreté» et «ses conséquences fatales sont sous nos yeux. Je pense en particulier au Yémen, à la Syrie, à l'Irak et à la Libye.»

La guerre au Yémen a débuté en mars 2015. La coalition internationale de soutien aux troupes gouvernementales est dirigée par l'Arabie saoudite, appuyée par les Émirats arabes unis, et les rebelles houthistes qu'ils combattent sont soutenus par l'Iran. Les deux partis ont été accusés de graves violations des droits humains, notamment de l'assassinat aveugle de civils.

Au début décembre, David Beasley, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, a qualifié le Yémen de «pire désastre humanitaire au monde depuis 100 ans». La moitié des 28 millions d'habitants du Yémen sont au bord de la famine et le pays souffre de la pire épidémie de choléra de l'histoire moderne.

«Ensemble, frères et sœurs de la seule famille humaine voulue par Dieu, engageons-nous contre la logique du pouvoir armé, contre la monétisation des relations, l'armement des frontières, l'édification des murs, le bâillonnement des pauvres», a dit le pape. «Opposons-nous à tout cela avec le doux pouvoir de la prière et l'engagement quotidien en faveur du dialogue.»

Signature d’un document

La réunion s'est terminée par la signature par le pape François et le cheikh el-Tayeb d'un «Document sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et le vivre-ensemble».

Les musulmans et les catholiques «de l'Orient et de l'Occident» déclarent que l'adoption d'une culture du dialogue est la voie à suivre; la coopération mutuelle est le code de conduite et la compréhension réciproque comme méthode et norme».

Le document appelle les dirigeants du monde à «s’employer activement à répandre la culture de la tolérance et de vivre ensemble en paix, à intervenir dès que possible pour mettre fin au versement de sang innocent et à mettre un terme aux guerres, aux conflits, à la dégradation de l’environnement ainsi qu’au conflit moral et culturel déclin que le monde connaît actuellement».

Selon le service de presse du Vatican, le pape et l'imam ont également «inauguré» la pierre angulaire d'une église et d'une mosquée qui seront construites côte à côte aux Émirats arabes unis. L’État lancera un concours international pour la conception.

Avant de se rendre à la réunion interreligieuse, le pape François avait visité la grande mosquée Sheik Zayed d'Abu Dhabi, qui peut accueillir plus de 40 000 fidèles. Il s’agit de l'une des plus grandes mosquées du monde.

Selon Alessandro Gisotti, directeur par intérim du bureau de presse du Vatican, le pape a rencontré en privé le Conseil musulman des aînés à la mosquée, achevée en 2007, pendant une trentaine de minutes. «L'importance d'une culture de la rencontre pour renforcer l'engagement en faveur du dialogue et de la paix» a été soulignée lors de la réunion, a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée, dans le nouveau palais présidentiel, le pape avait été officiellement accueilli aux Émirats arabes unis lors d'une cérémonie faste qui comprenait un vol d’avions militaires laissant une traînée de fumée jaune et blanche, les couleurs du drapeau du Vatican.

En signant le livre d’or, le pape a écrit: «Avec la gratitude pour votre accueil chaleureux et votre hospitalité et avec l’assurance d’un souvenir dans mes prières, j’invoque sur Votre Altesse et sur tout le peuple des Émirats arabes unis les bénédictions divines de la paix et de la solidarité fraternelle.»

Cindy Wooden

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Greg Zanis, charpentier de métier originaire d’Aurora, dans l’Illinois, parcourt les États-Unis depuis plus de 20 ans pour y placer des croix en bois blanches à la mémoire des victimes de tuerie. Sur cette photo, il installait des croix en octobre 2017 après une tuerie à Las Vegas.
2019-08-08 10:49 || Monde Monde

Tueries de masse: le charpentier qui a fourni 26 000 croix en 20 ans

Un homme tient un crucifix dans la cathédrale de Santiago, au Chili, en mai 2018. Une enquête interne mise en place par la Compagnie de Jésus a révélé que le célèbre jésuite Renato Poblete Barth a abusé de plus d'une douzaine de femmes pendant près de 50 ans.
2019-08-05 14:09 || Monde Monde

La mémoire d'un célèbre prêtre chilien entachée par ses nombreux abus

articles récents

Le pape est accueilli par un autochtone au Coliseo Regional Madre de Dios à Puerto Maldonado, au Pérou, le 19 janvier 2018.
2019-08-15 16:00 || Monde Monde

Le pape explique sa démarche pour l'Amazonie dans une entrevue

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?