La famille Lapierre décimée, la communauté sous le choc

Écrasement aux Îles-de-la-Madeleine: deux prêtres sur la route du deuil

  (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-04-05 14:31 || Québec Québec

Ce mardi, à 12 h 30, les cloches des églises des Îles-de-la-Madeleine ont longuement sonné. Elles ont invité tous les insulaires à observer une minute de silence à la mémoire des sept personnes, dont le chroniqueur politique Jean Lapierre, qui ont péri il y a une semaine dans un écrasement d'avion. Les deux prêtres qui seront aux funérailles de vendredi veulent aider leurs concitoyens à trouver un sens.

«La minute de silence est un moment que les gens d'ici se donnent pour vivre leur deuil et partager avec d'autres ce qu'ils vivent et ce qu'ils portent», explique Claude Gosselin, prêtre en poste aux Iles-de-la-Madeleine depuis deux ans. «Le lendemain de Pâques, aux Îles, on est retourné au tombeau», note l'abbé Gosselin.

L'appareil transportait cinq membres d'une même famille, les Lapierre, qui venaient rendre hommage à leur père, Raymond C. Lapierre, décédé la veille. Les deux pilotes sont aussi décédés lors de cette tragérie.

«Et ces jours-ci, c'est le récit des disciples d'Emmaüs (ndlr: les deux disciples qui doutent après la mort de Jésus) qui nous interpelle beaucoup, poursuit l'abbé Gosselin. C'est ce l'on fait actuellement, accompagner et marcher avec les gens. On n'est pas encore en train de dire 'Mais ne comprenez-vous pas que tout cela devait arriver?' On n'est pas encore là. On marche avec les gens, on écoute ce qu'ils ont à dire, ce qu'ils portent.»

Claude Gosselin prononcera l'homélie lors des funérailles, tandis que Réjean Coulombe, prêtre-modérateur des huit paroisses des Îles-de-la-Madeleine, qui présidera les funérailles.

«On découvre des chemins de vie, de force, de courage chez les personnes que l'on accompagne. On vit un grand questionnement, c'est certain, mais on voit un début de réponse parce qu'on est sur une route et qu'on avance ensemble», ajoute Réjean Coulombe. Le prêtre de 74 ans œuvre sur l'île depuis vingt ans. Il confie que Lucie Lapierre, l'épouse du défunt et la mère des victimes, ainsi que Laure Lapierre, la soeur des victimes, «reçoivent de la communauté des Îles-de-la-Madeleine un grand appui qui se vit dans le silence et le respect».

Des femmes de courage

Les deux prêtres ont visité Lucie et Laure Lapierre ces derniers jours.

«On cherche à découvrir la présence de Dieu dans les personnes qui souffrent», réfléchit l'abbé Gosselin. «La comparaison est évidente avec les disciples d'Emmaüs. On est en présence des deux disciples, la maman et sa fille. Elles sont en marche. Ce sont elles qui vont découvrir le visage de Dieu dans ce qu'elles vivent.»

«On découvre le courage de ces femmes, leur force exceptionnelle, leur foi profonde. Elles se soutiennent mutuellement et elles accueillent le réconfort des gens avec bonté.»

Mardi soir, «les gens des Îles vivront un autre moment de sympathie et de solidarité», ajoute le prêtre, puisqu'ils sont invités à une veillée de recueillement et de prière à l’église Sainte-Madeleine de Havre-aux-Maisons, à quelques kilomètres du lieu de la tragédie..«Les gens qui le veulent pourront partager ce qu'ils vivent et apporter leur témoignage personnel ou encore une parole de réconfort. Les petits-enfants de la famille Lapierre y seront certainement présents.»

Les funérailles des membres de la famille Lapierre auront lieu le 8 avril, à 10 h, à l'église Saint-François-Xavier de Bassin. «C''est la paroisse familiale des Lapierre. Les parents se sont épousés là. Ils viennent de Bassin. Les enfants y ont tous été baptisés», dit l'abbé Claude Gosselin.

«Les familles des défunts souhaitant vivre ce moment en toute intimité avec leurs proches et les Madelinots, les médias n'auront pas accès à la cérémonie», a-t-on expliqué dans un communiqué remis aux journalistes. La veille, jeudi, parents et amis pourront présenter leurs condoléances à la famille à la Maison funéraire Leblanc à Cap-aux-Meules, aux Îles-de-la-Madeleine.

Une seconde cérémonie pour Jean Lapierre et Nicole Beaulieu aura aussi lieu le samedi 16 avril à 11 h, à l'église Saint-Viateur d'Outremont, 1175 rue Laurier Ouest, Outremont.

 

du même auteur

Anne Godbout, directrice générale et fondatrice de Spiritours
2019-08-21 11:18 || Québec Québec

La fondatrice de Spiritours signe un guide sur les voyages spirituels

Le sort des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, acculés à la faillite et désormais à la recherche de nouveaux propriétaires, inquiète des responsables religieux du Québec.
2019-08-20 11:04 || Québec Québec

Journalisme: préoccupations dans les milieux religieux

L'endroit, connu aujourd'hui sous le nom de la Maison Saint-Gabriel, musée et site historique, est toujours administré par les membres de la congrégation que Marguerite Bourgeoys a fondée.
2019-08-20 09:34 || Québec Québec

445 000 $ pour le 400e de Marguerite Bourgeoys

articles récents

Les photos du migrant salvadorien Oscar Alberto Martinez Ramirez et de sa fille Valeria, âgée de 23 mois, allongée sur le ventre dans les eaux peu profondes du Rio Grande, suscitent une vague d'indignation.
2019-06-26 09:48 || Monde Monde

Le pape «attristé» par le décès de deux migrants

«Nous pensons que le projet de loi 21, tel qu’il est rédigé actuellement, nourrira la crainte et l’intolérance, plutôt que de contribuer à la paix sociale», dit l’Assemblée des évêques catholiques du Québec.
2019-06-14 12:23 || Québec Québec

Le projet de loi 21 nourrit «crainte et intolérance» selon les évêques

Détail de la page couverture du rapport de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées dévoilé le 3 juin 2019.
2019-06-03 15:14 || Canada Canada

Femmes autochtones: les Églises dans le tordeur de l'enquête nationale