Malgré l'accord provisoire entre le Vatican et la Chine

En Chine, une persécution alimentée par les fonctionnaires locaux?

Des catholiques chinois prient à l'intérieur de la cathédrale de l'Immaculée-Conception à Pékin en janvier 2018.
Des catholiques chinois prient à l'intérieur de la cathédrale de l'Immaculée-Conception à Pékin en janvier 2018.   (CNS photo/Roman Pilipey, EPA)
2018-11-12 10:58 || Monde Monde

Bien que la Chine et le Vatican aient signé un accord provisoire sur la nomination des évêques en septembre, la persécution des catholiques chinois se poursuit.

Certains pensent que l'accord conclu entre le Vatican et la Chine suscite des pressions considérables de l'intérieur du Département du travail du Front uni en Chine, la bureaucratie religieuse contrôlée par le Parti communiste, en particulier au niveau local.

«De nombreux responsables locaux estiment nécessaire de changer leurs anciennes méthodes de gestion des religions. Cela signifie un travail plus difficile et moins de pouvoir», a déclaré Francesco Sisci, correspondant de longue date des médias italiens à Pékin et aujourd'hui chercheur principal à l’Université Renmin de Pékin.

«Donc, ils ne sont pas heureux», a-t-il déclaré au Catholic News Service. «Ils bâclent ou essayent de saboter Pékin. S'ils sapent l'accord, ils peuvent récupérer une partie de leur pouvoir perdu. C'est une preuve de la détermination de Pékin dans l'accord selon lequel les problèmes ne sont présents que dans très peu d'endroits et ne sont pas répandus.»

La plus récente controverse pour les catholiques concerne la détention d'au moins quatre prêtres: les pères Zhang Guilin et Wang Zhong du diocèse de Xiwanzi et les pères Su Guipeng et Zhao He du diocèse de Xuanhua. Les hommes ont été arrêtés en octobre et novembre. Ces deux diocèses se trouvent dans la province de Hebei.

On semble leur reprocher d’avoir refusé de rejoindre l’Association patriotique catholique-chinoise, une organisation approuvée par le gouvernement qui œuvre pour contrôler les dirigeants d’Église. Un certain nombre de publications ont indiqué que les évêques détenus avaient été placés en détention surveillée et avaient suivi des cours d'endoctrinement.

De plus, la croix du clocher et les flèches d'une église du comté de Shangcai, dans la province centrale du Henan, ont été détruites. L'église a été scellée, a rapporté Asia News, une agence de presse missionnaire basée à Rome.

«Siniser»

La campagne pour «siniser» la religion est officiellement lancée depuis la réunion annuelle du comité central du parti communiste au pouvoir, en octobre 2017. De nouvelles règles et réglementations relatives à la religion ont été introduites en février et mars. L'administration d'État chargée des affaires religieuses, qui supervisait l'Association patriotique catholique-chinoise et la conférence des évêques parrainée par le gouvernement, a été dissoute. Ses activités et son personnel ont été placés sous le contrôle direct du Département du travail du Front uni. Il s’agit du bras du parti responsable de la politique en matière de religion, qui répond directement aux plus hauts dirigeants du parti.

Beaucoup de gens espéraient que l'accord avec le Saint-Siège mette fin à la série de retrait de croix, de démolitions d'églises et de détentions de clercs.

«Ce qui se passe actuellement est une application de la nouvelle réglementation en matière d'enregistrement des prêtres et des églises» mise en œuvre plus tôt cette année, a déclaré le professeur Sisci à CNS.

Lawrence C. Reardon, professeur de sciences politiques à l'Université du New Hampshire, a déclaré que la campagne en cours ne se concentrait pas uniquement sur les catholiques, mais témoignait de la poursuite de la campagne du dirigeant chinois Xi Jinping visant à contrôler toutes les religions.

«Les niveaux inférieurs ont reçu le feu vert et continuent à renforcer les contrôles sur les communautés officielles et non-officielles islamiques, protestantes et catholiques», a-t-il déclaré, précisant que les communautés bouddhistes et taoïstes ne semblent pas affectées. Le Département du travail du Front uni s'attaque plutôt aux «activités commerciales».

«Je pense que le centre a toujours la capacité de contrôler leurs organisations à la périphérie, alors vous obtenez un cadre trop zélé pour s'en prendre à des ‘mécréants’ afin de s'assurer que le Département du travail du Front uni ne les cible pas pour laxisme», a-t-il déclaré.

«Le sommet leur a demandé de serrer la vis et les niveaux provincial et local font du zèle pour assurer la conformité et éloigner Pékin», a-t-il ajouté.

Il croit que le Département du travail du Front uni est très heureux d'ajouter plus de force car il craint un réveil religieux venant de l'étranger et de l'intérieur.

Accord entre le Vatican et la Chine

L'accord du 22 septembre entre le Vatican et Pékin a permis au pape d'accorder son veto aux candidats à l'évêché de Pékin pour la première fois depuis 1951. Sept évêques illicites auparavant – et un mort – ont été pardonnés et reconnus par le pape.

L'une des surprises concernant l'accord provisoire était l'absence de toute décision de Pékin sur le sort de trente évêques nommés par le Vatican et ne s'étant jamais inscrits à l'association patriotique. Le Vatican a déclaré que les discussions sur le statut officiel de ces évêques souterrains se poursuivaient.

Auparavant, beaucoup d’entre eux ont juré de ne pas adhérer à l’association patriotique. Mais nombreux sont ceux qui vieillissent et, bien qu’il n’existe pas de liste officielle, le professeur Sisci estime qu’il ne reste peut-être qu'une poignée de personnes âgées de moins de 75 ans, l’âge canonique pour présenter sa démission au pape.

Le professeur Reardon a déclaré que, même si le Vatican n'a pas oublié ces évêques, «il essaie de trouver un moyen de régler avec finesse leur cas».

Il a dit que cela allait toujours être «un processus pas à pas, et les deux parties viennent de passer à travers la phase initiale [...] qui sait combien de temps cela va prendre? Je présume que le Vatican cherche une solution globale pour que l’Église continentale puisse se réconcilier et se réunir.»

Michel Chambon, chercheur au Hanover College d'Indiana, n'est cependant pas de cet avis.

«Je doute que l'État fasse beaucoup pour les évêques souterrains – du moins officiellement», a-t-il dit. «Je serais surpris si une ‘réconciliation / reconnaissance’ officielle se produisait. Néanmoins, l'État pourrait fermer les yeux sur leur travail, comme il l'a fait par le passé, pour qu'ils continuent leur action pastorale à condition qu’ils restent discrets.»

Ucanews.com écrivait le 9 novembre que le cardinal Joseph Zen Ze-kiun, évêque à la retraite de Hong Kong, s'est rendu à Rome fin octobre et a remis une lettre de sept pages au pape François l'invitant à prêter attention à la crise de l’Église dite souterraine en Chine. Il a déclaré à ucanews.com que, certaines parties de l'accord provisoire sur les évêques n'ayant pas été rendues publiques, les catholiques pratiquant leur religion dans la clandestinité n’ont pas su ce qu'ils devaient faire lorsque des responsables gouvernementaux leur avaient dit de rejoindre l'association patriotique à cause de l'accord.

Michael Sainsbury

***

Plus que jamais, Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.

Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le cardinal anglais John Henry Newman, mort en 1890, pourrait être canonisé en 2019, croient les évêques anglais.
2018-12-04 10:22 || Monde Monde

John Henry Newman canonisé en 2019?

Le pape François photographié au Vatican le 30 novembre 2018.
2018-12-03 14:39 || Vatican Vatican

Le pape sur l'homosexualité: «un problème très grave», une «mode»

Mgr Bernard Longley, archevêque de Birmingham, en Angleterre, a reconnu l'échec de l'Église dans la protection des enfants dans son témoignage dans le cadre de l'enquête indépendante sur les abus sexuels commis sur des enfants à Londres, le 16 novembre 2018.
2018-11-20 15:04 || Monde Monde

Un archevêque anglais s'excuse aux victimes d'abus pour la réaction de l'Église

articles récents

Le prochain formulaire du programme Emplois d'été Canada ne contiendra plus la clause qu'un grand nombre de groupes confessionnels ont refusé de cocher l'année dernière.
2018-12-07 11:03 || Canada Canada

Emplois d'été Canada: la clause controversée est retirée

Une fillette devant un abri de fortune au Cachemire, en Inde, en 2015.
2018-11-29 16:35 || Monde Monde

L'ultranationalisme, une menace pour la liberté religieuse selon l'AED

Dans une déclaration acheminée à tous ses membres, la Ligue des femmes catholiques du Canada (Catholic Women’s League of Canada - CWL) demande à ce que les membres de l'organisme ne recueillent plus aucune somme pour Développement et Paix.
2018-11-26 13:07 || Canada Canada

La Catholic Women’s League largue Développement et Paix