"/>

Signature d'un accord provisoire historique

Le Vatican et la Chine s'entendent sur la nomination des évêques

Le pape François a levé les excommunications ou le statut irrégulier de sept évêques qui avaient été ordonnés avec l'approbation du gouvernement mais sans le consentement du Vatican, a annoncé le Vatican le 22 septembre.
Le pape François a levé les excommunications ou le statut irrégulier de sept évêques qui avaient été ordonnés avec l'approbation du gouvernement mais sans le consentement du Vatican, a annoncé le Vatican le 22 septembre.   (CNS photo/Reuters)
2018-09-24 17:44 || Monde Monde

Pour la première fois depuis des décennies, tous les évêques catholiques en Chine sont en pleine communion avec le pape, a annoncé le Vatican.

Le pape François a levé les excommunications ou le statut irrégulier de sept évêques qui avaient été ordonnés avec l'approbation du gouvernement mais sans le consentement du Vatican, a annoncé le Vatican le 22 septembre. Quelques heures plus tôt, des représentants du Vatican et du gouvernement chinois ont signé un «accord provisoire» sur la nomination des évêques.

«En vue de soutenir la proclamation de l'Évangile en Chine, le Saint-Père François a décidé de réadmettre à la pleine communion ecclésiale les évêques ‘officiels’ restants, ordonnés sans mandat pontifical», a déclaré le Vatican.

Le pape a également inclus dans la liste Mgr Anthony Tu Shihua, qui, avant de mourir le 4 janvier 2017, «avait exprimé le désir d'être réconcilié avec le Siège apostolique», a déclaré le Vatican.

En régularisant le statut des évêques, le Vatican a déclaré que le pape François espérait «qu’un nouveau processus puisse commencer, permettant de surmonter les blessures du passé, menant à la pleine communion de tous les catholiques chinois», dont certains ont fermement refusé de participer aux activités ou à la vie des paroisses dirigées par des évêques non reconnus par Rome.

Ces dernières années, la plupart des évêques choisis par l’Association Patriotique Catholique Chinoise, liée au gouvernement, ont cherché et reçu la reconnaissance du Vatican avant leurs ordinations.

Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, a déclaré dans un communiqué que «l’objectif du Saint-Siège est pastoral: le Saint-Siège ne veut que créer la condition ou aider à créer la condition d’une plus grande liberté, autonomie et l'organisation, afin que l'Église catholique puisse se consacrer à la mission d'annoncer l'Évangile et aussi de contribuer au bien-être et à la prospérité et à l'harmonie spirituelles et matérielles du pays, de chacun et du monde en tant que entier.»

«Ce qu'il faut maintenant, c'est l'unité, la confiance et un nouvel élan», a déclaré le cardinal Parolin dans un message vidéo enregistré avant son départ de Rome pour rejoindre le pape à Vilnius, en Lituanie. «À la communauté catholique de Chine – les évêques, les prêtres, les religieux et les fidèles –, le pape confie avant tout l’engagement de faire des gestes fraternels concrets de réconciliation entre eux et de surmonter les malentendus, les récents.»

Des années de blocage

La nomination et l’affectation des évêques sont depuis des décennies un point de blocage clé dans les relations entre le Vatican et la Chine. L'Église catholique a insisté pour que les évêques soient nommés par le pape et le gouvernement chinois a maintenu que cela constituerait une ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Chine.

Les communautés catholiques qui ont refusé de s'enregistrer auprès du gouvernement et qui ont refusé de suivre les évêques nommés par le gouvernement sont communément appelées l'Église clandestine. Cependant, de nombreuses communautés ont des évêques élus localement mais qui ont promis leur unité et leur fidélité au pape, ce qui signifiait qu’ils étaient reconnus à la fois par le gouvernement et par le Vatican.

Les responsables du Vatican ont toujours dit qu’abandonner le contrôle total de la nomination des évêques ne serait pas ce qu’il espère, mais pourrait être un bon premier pas vers une plus grande liberté et sécurité pour la communauté catholique.

Long processus

Le Vatican a annoncé que l'accord avait été signé le 22 septembre à Beijing par Mgr Antoine Camilleri, sous-secrétaire aux relations extérieures au Secrétariat d'État du Vatican, et Wang Chao, vice-ministre chinois des Affaires étrangères.

L'accord provisoire, a déclaré le Vatican, «est le fruit d'un rapprochement progressif et réciproque, a été convenu à l'issue d'un long processus de négociation minutieuse et prévoit la possibilité de revoir périodiquement son application. Il concerne la nomination des évêques, une question d’une grande importance pour la vie de l'Église, et crée les conditions d'une plus grande collaboration au niveau bilatéral.»

«L’espoir commun, a déclaré le communiqué, est que cet accord pourrait favoriser un processus de dialogue institutionnel fructueux et tourné vers l’avenir et contribuer de manière positive à la vie de l’Église catholique en Chine, au bien commun du peuple chinois et à la paix dans le monde.»

Le Vatican n'a pas publié le texte de l'accord ni fourni de détails sur ce qu'il implique.

Depuis le début de l’année, divers médias ont indiqué que l’accord provisoire décrirait des procédures précises pour garantir que les évêques catholiques soient élus par la communauté catholique en Chine et approuvés par le pape avant leurs ordinations et installations.

Des médias rapportaient que dans les jours précédant l'annonce, les futurs candidats à la fonction d'évêque seront choisis au niveau diocésain par le biais d'un système électoral démocratique et que les résultats des élections seront envoyés à Pékin pour examen par les autorités. Le gouvernement soumettrait alors un nom via les voies diplomatiques au Saint-Siège.

Le Saint-Siège mènera sa propre enquête sur le candidat avant que le pape n'approuve ou n'exerce son droit de veto, selon le magazine America, dirigé par les jésuites. Si le pape approuve le candidat, le processus se poursuivra. Si ce n'est pas le cas, «les deux parties s'engageront dans un dialogue et on s'attendrait à ce que Beijing soumette le nom d'un autre candidat».

Le pape aura le dernier mot sur la nomination des évêques en Chine, a indiqué le rapport.

Critique

Le cardinal Joseph Zen, 76 ans, archevêque à la retraite de Hong Kong, a été l’un des plus forts critiques de l’accord.

Dans une interview accordée à l’agence de presse Reuters à Hong Kong le 20 septembre, le cardinal Zen a déclaré que le cardinal Parolin devrait démissionner.

«Je ne pense pas qu'il ait la foi. Il est juste un bon diplomate dans un sens très laïque et mondain», a déclaré le cardinal Zen à Reuters. «Ils donnent le troupeau dans la gueule des loups. C'est une trahison incroyable.»

Le cardinal Parolin, entre-temps, a déclaré à la presse le 20 septembre que le Vatican était «convaincu que c'était un pas en avant. Nous ne sommes pas assez naïfs pour penser que tout va bien aller désormais, mais il nous semble que bonne direction.»

Bien que Greg Burke, directeur du service de presse du Vatican, ait déclaré que l'accord est pastoral et non politique, il est considéré comme une étape dans les longs efforts pour rétablir des relations diplomatiques complètes entre le Vatican et la Chine. Les deux n'ont pas de relations diplomatiques formelles depuis peu après la révolution communiste de 1949 en Chine.

Cindy Wooden

 

du même auteur

Tiberio Romero, frère d'Oscar Romero, photographié à San Miguel, au Salvador, en 2015.
2018-10-15 16:42 || Monde Monde

Les deux frères d'Oscar Romero assistent à sa canonisation

Des fidèles suivent la cérémonie de canonisation d'Oscar Romero sur écran géant à San Salvador le 14 octobre 2018.
2018-10-15 11:49 || Monde Monde

Le Salvador célèbre son premier saint, dont l’héritage reste bien vivant

Le pape a accepté la démission du cardinal Donald Wuerl, archevêque de Washington, le 12 octobre 2018. Le cardinal avait été critiqué dans la foulée de la publication du rapport du grand jury sur les abus sexuels couverts par l'Église en Pennsylvanie.
2018-10-12 11:16 || Monde Monde

Le pape accepte la démission du cardinal Wuerl

articles récents

L'archevêque de Montréal, Christian Lépine, s'oppose à toute discrimination basée sur des signes religieux.
2018-10-10 11:07 || Québec Québec

Signes religieux : «On aura des citoyens de seconde zone», craint Mgr Lépine

François Legault, le 18 janvier 2018, lors d'une soirée en hommage au père Pops, décédé plus tôt.
2018-10-02 13:06 || Québec Québec

Signes religieux, cours ECR, patrimoine: que fera François Legault?

Détail d'une rosace dans l'église Saint-Roch, à Québec.
2018-09-17 10:30 || Québec Québec

La CAQ consacrerait 25 M$ au patrimoine religieux