Lettre d'opinion dans The Gazette

«L'Église ne doit pas être un refuge pour les agresseurs sexuels», dit l'archevêque de Montréal

Dans une lettre ouverte publiée d'abord en anglais le 8 septembre, l'archevêque de Montréal, Christian Lépine, appelle l'Église à se montrer ferme dans sa lutte contre les abus sexuels.
Dans une lettre ouverte publiée d'abord en anglais le 8 septembre, l'archevêque de Montréal, Christian Lépine, appelle l'Église à se montrer ferme dans sa lutte contre les abus sexuels.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-09-08 08:30 || Québec Québec

«Nous devons prendre des mesures décisives pour que les agresseurs sexuels n'utilisent pas l'Église comme un refuge où ils peuvent opérer secrètement, pensant être à l'abri de la justice civile et ecclésiale.»

Dans une lettre d'opinion publiée le samedi 8 septembre dans le quotidien anglophone The Gazette, Christian Lépine, l'archevêque de Montréal, estime que «personne ne peut demeurer indifférent devant les souffrances subies par les victimes d’abus sexuels de la part de certains membres du clergé catholique au cours des dernières décennies». Il reconnaît que «sur ce continent et ailleurs, les rapports liés aux abus et aux dissimulations se sont multipliés, nous faisant tous du mal, indépendamment de notre foi ou de nos convictions».

Fait inhabituel, la lettre ouverte de l'archevêque du plus grand diocèse catholique francophone d'Amérique est d'abord publiée en anglais. Sa version française devrait être publiée en début de semaine.

La lettre paraît trois semaines après la publication d'un volumineux rapport du procureur de Pennsylvanie sur les abus sexuels commis par quelques 300 prêtres dans six diocèses de cet État américain. «En tant qu'archevêque, l'impact de ces scandales me pèse d'autant plus que ces abus ont été commis principalement par des hommes en position d'autorité morale qui se sont engagés à vivre selon les normes élevées énoncées dans l'Évangile.»

«Une telle situation au sein de l’Église compromet naturellement la foi des croyants sincères et érode la confiance du public dans cette institution», estime l'archevêque, reprenant dans ses mots une expression lancée par le cardinal américain Sean O’Malley: «Le temps presse pour nous tous, leaders d’Église; les catholiques ont perdu patience avec nous et la société a perdu confiance en nous.»

L'archevêque de Montréal admet aussi «que, depuis trop longtemps, la hiérarchie de l’Église n’a pas réussi à prévenir les abus sexuels, à s’attaquer aux violations connues et à les corriger rapidement et efficacement».

Des engagements

«Sous ma direction, l’archidiocèse de Montréal est déterminé à aller au fond des choses dans la recherche de la vérité», assure Mgr Christian Lépine dans sa lettre de 550 mots publiée par The Gazette. Il rappelle que l'archidiocèse a mis en place un Service de la pastorale responsable. «Cela nous a conduit à adopter une politique stricte concernant les comportements abusifs, qu'ils soient physiques, psychologiques ou sexuels», écrit-il. La Politique diocésaine de pastorale responsable, un document de 62 pages, peut être téléchargée directement du site Web de l'archidiocèse de Montréal (section Services et ressources). Chacun des chapitres de cette politique porte toujours la mention Projet.

Mgr Lépine indique aussi dans sa lettre que la Conférence des évêques catholiques du Canada s'est engagée à publier cet automne «des lignes directrices actualisées et élargies favorisant la protection des mineurs et la responsabilisation et la transparence au sein de la direction de l'Église».

Il y a deux ans, les évêques canadiens n'avaient pas réussi à s'entendre sur le contenu de cette politique. En 2017, ils ont choisi de soumettre leur ébauche à une quinzaine d'avocats, de psychologues, de psychiatres et d'assureurs. Ces professionnels «ont des choses à dire sur le document» et il serait préférable de les entendre «avant plutôt qu'après» la publication de la politique nationale, avait mentionné Mgr Anthony Mancini, archevêque d’Halifax-Yarmouth et président du Comité ad hoc chargé de rédiger ces normes.

Dans sa lettre, Mgr Christian Lépine n'indique pas s'il est d'accord pour que les dossiers et les archives de son diocèse ou des autres diocèses québécois soient scrutés par des enquêteurs indépendants, comme ce fut le cas en Pennsylvanie. Lors d'une entrevue radiophonique, le 17 août, il s'était «dit favorable à la tenue d'une enquête externe au Québec».

L'archidiocèse de Montréal a indiqué aux médias vendredi après-midi que la lettre ouverte de Mgr Lépine serait publiée dans The Gazette samedi, et La Presse lundi. Au moment d'écrire ces lignes, les autres médias, dont Présence, n'avaient pas encore obtenu la lettre.

 

du même auteur

Le père Henri Paradis.
2019-04-25 14:17 || Québec Québec

Messages d'appui au père Henri Paradis

Aucun groupe en provenance d'Églises chrétiennes ou des grandes religions n'a été invité à participer aux audiences publiques sur le projet de loi.
2019-04-24 12:41 || Québec Québec

Laïcité: aucun groupe religieux invité en commission parlementaire

Le père Henri Paradis a été arrêté le 4 avril 2019.
2019-04-24 08:35 || Québec Québec

Le père Henri Paradis arrêté pour agression sexuelle

articles récents

L'ombre d'un crucifix est projetée sur un autel dans la basilique Saint-Pierre, au Vatican, lors de la célébration du Vendredi saint le 19 avril 2019.
2019-04-23 14:08 || Québec Québec

Des prières pour les victimes d'agressions sexuelles

Le rabbin montréalais Avi Finegold.
2019-04-23 11:54 || Québec Québec

«Il faut aller là où sont les gens»

Le président de la communauté juive de Québec et cofondateur d'Unité Québec, David Weiser, lors de la commémoration citoyenne pour le 2e anniversaire de la tuerie de la grande mosquée de Québec, le 29 janvier 2019.
2019-04-12 15:17 || Québec Québec

Laïcité: la communauté juive de Québec «espère plus de dialogue»