Un miracle de solidarité, dit sœur Nicole Fournier

Il y a 20 ans, l'Accueil Bonneau rouvrait ses portes

Aubin Boudreau, sœur Nicole Fournier et Jean-Pierre Léger ont souligné le 15 octobre 2018 le 20e anniversaire de la réouverture de l'Accueil Bonneau.
Aubin Boudreau, sœur Nicole Fournier et Jean-Pierre Léger ont souligné le 15 octobre 2018 le 20e anniversaire de la réouverture de l'Accueil Bonneau.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-10-16 15:18 || Québec Québec

Debout, à l'avant de la cafétéria, devant plusieurs dizaines d'itinérants attablés, Aubin Boudreau, directeur général de l'Accueil Bonneau, a rappelé qu'«il y a vingt ans, ici même, à l'heure du lunch, une explosion a fait plusieurs blessés et causé la mort de deux bénévoles et d'une sœur grise».

C'était le 9 juin 1998. Ce jour-là, la façade de l'Accueil Bonneau, un organisme montréalais qui accueille les personnes en situation ou à risque d'itinérance, était soufflée par une fuite de gaz.

«Cet événement tragique s'est transformé en un grand moment de solidarité. Les Montréalais et les Québécois se sont mobilisés pour reconstruire l'Accueil Bonneau en un temps record», a ajouté M. Boudreau.

Quatre mois après l'explosion, le 15 octobre 1998 - il y avait précisément vingt ans lundi -, le bâtiment était de nouveau accessible.

«Nous célébrons aujourd'hui un véritable miracle de solidarité», a expliqué sœur Nicole Fournier, directrice générale de l'Accueil Bonneau en 1998, à la centaine de personnes présentes. Plusieurs d'entre elles ont tenu à saluer la religieuse qui a dirigé cette ressource durant 22 ans.

«Notre problème ce jour-là, c'est que nous n'étions pas certains que les nouvelles cuisines seraient prêtes pour préparer les 700 repas que nous servons chaque jour.»

On fit alors appel à Jean-Pierre Léger, président et chef de la direction du Groupe St-Hubert. Les Rôtisseries St-Hubert ont offert le tout premier repas dans la nouvelle salle à manger. Hier, vingt ans après la réouverture, Jean-Pierre Léger, dorénavant président du conseil d’administration de la Fondation St-Hubert, servait poulet et tarte au sucre aux gens présents.

Ce qui a changé

Deux décennies après la réouverture, «on sait mieux comment s'y prendre pour aider les gens à sortir de la rue», affirme Aubin Boudreau. «Mais ce qui n'a pas changé, c'est qu'on manque toujours de ressources et de moyens pour y arriver.»

Le directeur général de l'Accueil Bonneau, en poste depuis 2009, se réjouit qu'aujourd'hui «les grandes ressources en itinérance à Montréal travaillent de plus en plus ensemble. Elles développent des projets communs afin de mieux aider la clientèle et elles coordonnent les services offerts aux personnes itinérantes.»

La clientèle a aussi changé. «On a maintenant beaucoup de personnes qui ont des problèmes de toxicomanie, de dépendance aux drogues qui sont de plus en plus dures. En situation de manque, elles deviennent souvent colériques ou agressives. C'était une problématique moins présente il y a vingt ans.»

***

Plus que jamais, Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission. Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le prochain formulaire du programme Emplois d'été Canada ne contiendra plus la clause qu'un grand nombre de groupes confessionnels ont refusé de cocher l'année dernière.
2018-12-07 11:03 || Canada Canada

Emplois d'été Canada: la clause controversée est retirée

Au moins 15 religieux, prêtres ou frères de l'Ordre des Servites de Marie, auraient agressé sexuellement des élèves d'un collège où ils enseignaient. Plusieurs d'entre eux ont même occupé des fonctions de direction dans cet établissement scolaire.
2018-12-06 15:12 || Québec Québec

Recours contre les servites: dépôt d'une nouvelle liste des agresseurs

Une fillette devant un abri de fortune au Cachemire, en Inde, en 2015.
2018-11-29 16:35 || Monde Monde

L'ultranationalisme, une menace pour la liberté religieuse selon l'AED

articles récents

Activité sportive à Hortolandia, au Brésil, en octobre 2017. Ce pays est le plus touché par la crise, alors que sept des 52 partenaires de Développement et Paix s'y trouvent.
2018-11-30 18:19 || Canada Canada

Impliqué dans le processus de révision, il brise le silence

Un homme sur sa monture près de Jacmel en janvier 2015. Un organisme de cette ville haïtienne fait partie des 52 partenaires visés par un moratoire de l'organisme Développement et Paix.
2018-11-26 14:35 || Canada Canada

Développement et Paix s'abstient de commenter

Un des 52 partenaires de Développement et Paix visé par le moratoire travaille auprès des femmes violentées à Jacmel, en Haïti.
2018-11-23 09:53 || Canada Canada

Ceux qui feront les frais du moratoire de Développement et Paix