Association des médias catholiques et œcuméniques

Le Prix Marie-Guyart décerné à Jasmine Johnson

Jasmine Abran Johnson, lauréate du Prix Marie-Guyart de l'AMÉCO le 31 octobre, a reçu une médaille des mains de soeur Diane Gagnon.
Jasmine Abran Johnson, lauréate du Prix Marie-Guyart de l'AMÉCO le 31 octobre, a reçu une médaille des mains de soeur Diane Gagnon.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2019-11-01 11:47 || Québec Québec

L’Association des médias catholiques et œcuméniques (AMÉCO) a remis a souligné la carrière de Jasmine Abran Johnson en lui remettant le Prix Marie-Guyart lors de son banquet annuel qui se tenait le 31 octobre à Loretteville.

«Après 40 ans de communications diocésaines, Jasmine Abran Johnson quittait son poste à L’Église de Trois-Rivières. Jasmine a occupé la fonction de rédactrice en chef de cette publication de 1978 à 2006. Elle a ensuite assumé sa direction jusqu’en 2019», a expliqué Gilles Leblanc, membre du conseil d’administration de l’AMÉCO, soulignant un «engagement ecclésial hors pair».

Ce prix est habituellement remis aux deux ans. Mais l’association a fait une exception en l’offrant pour une deuxième année d’affilée. Nommé en l’honneur de Marie de l’Incarnation, fondatrice des ursulines à Québec, il souligne l’apport d’une personne qui a eu une grande influence dans l’univers des médias catholiques et œcuméniques francophones au Canada.

«De nature méticuleuse, la lauréate est une femme organisée et efficace. Notons aussi qu’elle est dotée d’un tempérament fougueux et persuasif», a ajouté M. Leblanc.

Sœur Diane Gagnon, ursuline, qui remettait la médaille à l’effigie de Marie de l’Incarnation, n’a pas manqué de souligner que de tels traits de caractère rappellent justement ceux de Marie Guyart.

Émue, Mme Johnson a remercié les ursulines de leur engagement en faveur des communications. S’adressant aux convives, elle a qualifié «d’immense honneur» ce prix qui «récompense un travail de longue haleine, c’est-à-dire 40 ans à vivre ma mission de baptisée dans le monde des communications», à Trois-Rivières.

Elle a rappelé que l’abbé Roland Leclerc – jadis l’un des prêtres catholiques les plus médiatisés au Québec – avait été parmi ses maîtres à penser à ses débuts au diocèse trifluvien.

«Il avait une ligne rigoureuse et très intéressante dans le traitement de la communication: le diocèse devait promouvoir les plus hauts standards d’éthique, de justice et d’équité. J’ai fait miennes ces préoccupations pendant toutes mes années de service», a-t-elle dit.

«Plus que jamais, a-t-elle poursuivi, je suis convaincue que l’Église gagne à être authentique, cohérente et transparente dans ses propos et ses communications.»

Elle croit que les mentalités « évoluent » et que les milieux pastoraux sont aujourd’hui plus sensibles à cet impératif.

Paraphrasant le pape François, elle a rappelé l’importance pour l’Église catholique d’être en mesure d’utiliser les «nouveaux langages» afin de transmettre l’Évangile à tous.

En regagnant sa place, Mme Johnson a été chaleureusement embrassée par Jacinthe Lafrance, responsable des communications pour le diocèse de Nicolet et ancienne présidente de l’AMÉCO de 2013 à 2017.

Au début de l’année 2019, pour des raisons financières, le diocèse de Trois-Rivières a aboli le poste de directrice des communications occupé par Mme Johnson. Elle avait été embauchée par le diocèse en 1978, alors qu’elle avait 22 ans. Lors de son départ en février dernier, elle avait demandé de n’avoir ni fête, ni cadeau. Elle avait toutefois accepté de recevoir des mains de Mgr Luc Bouchard la médaille du mérite diocésain lors de la messe chrismale 2019 «pour ses 40 années de contribution comme membre du personnel laïque des services diocésains», a précisé le diocèse de Trois-Rivières.

Mis à jour à 17 h 52 le 1er novembre 2019.

***

 

 

du même auteur

«Le célibat a son sens, mais sans formation, qui va le vivre? demande Marie-Paul Ross, une religieuse sexologue.
2020-01-16 12:26 || Monde Monde

Célibat: «Finalement, on défend quoi?», demande une religieuse sexologue

Le philosophe Louis-André Richard met en garde contre les dangers qui guetteraient une société qui ne parviendrait pas à tenir compte de sa culture religieuse.
2020-01-10 15:33 || Québec Québec

La société doit savoir tenir compte de sa culture religieuse, soutient un philosophe

Photo prise lors d'une vigile à Paris le 8 janvier 2015 après l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo.
2020-01-07 11:30 || Québec Québec || Aucun commentaire

Le religieux, marqueur incontournable de l'actualité des dernières années

articles récents

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé les nouvelles directives de son administration sur la prière dans les écoles publiques lors d'un événement organisé le 16 janvier dans le Bureau ovale à l'occasion de la Journée nationale de la liberté religieuse.
2020-01-20 11:26 || Monde Monde

États-Unis: Trump à la défense de la prière à l'école

Martine Sanfaçon et Yves Bédard dans leur maison de Charlesbourg, à Québec.
2019-12-23 22:55 || Québec Québec

Noël dans le sens du monde

Sonia Sarah Lipsyc, docteure en sociologie, chargée de cours à l’Université de Montréal et rédactrice en chef de la revue La Voix Sépharade, veut faire connaître les résistances religieuses et spirituelles des juifs pendant la Shoah.
2019-12-19 15:11 || Québec Québec

La résistance spirituelle et religieuse durant la Shoah