"/>

Pas d'excuses du pape aux Autochtones

Quatorze théologiens, professeurs et experts signent une lettre collective

Le pape François au Vatican le 2 avril 2018.
Le pape François au Vatican le 2 avril 2018.   (CNS photo/Tony Gentile, Reuters)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-04-05 20:19 || Canada Canada

Sans des paroles d’excuses de la part du pape, «comment croire à la possibilité d’une réconciliation?», demandent, dans une lettre ouverte acheminée aux médias, quatorze autochtones et non-autochtones, professeurs, théologiens ou personnes engagées dans des initiatives de dialogue entre l'Église catholique et les Premières Nations.

«Les excuses ne suffisent jamais. Mais elles sont un passage obligé», estiment encore ces signataires alors que Mgr Lionel Gendron, le président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), a expliqué le 27 mars 2018 que le pape François ne pouvait pas «répondre personnellement» à l'appel à l'action 58 du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation (CVR).

«Le laconisme et l’opacité de cette explication jurent avec l’ouverture des 6750 personnes autochtones qui ont raconté leur expérience des pensionnats à la CVR, entre 2010 et 2015», écrivent les signataires de la lettre ouverte, parmi lesquels on trouve Nicole O’Bomsawin, une abénakise, conteuse et anthropologue d'Odanak, la travailleuse sociale Wanda Gabriel, de Kanehsatake, et le professeur Jean-François Roussel, de l'Institut d’études religieuses de Université de Montréal.

L'appel à l'action 58 de la CVR «demandait au pape de s’excuser au nom de l’Église catholique, comme son prédécesseur l’avait fait auprès des survivants d’orphelinats irlandais soumis à des sévices sexuels». Des excuses officielles et non pas personnelles, précise-t-on.

«Veut-on plutôt dire que le pape ne pense pas pouvoir présenter ces excuses lui-même? Cependant, qui d’autre pourrait le faire au nom de l’Église catholique? Trois ans après la demande de la CVR, une réponse aussi brève et imprécise quant au fond de la demande nous laisse interdits.»

«Le pape ne s’est pas expliqué lui-même», déplorent ensuite les signataires. «La CECC s’en est chargée.»

Approuvée aussi par Élisabeth Garant, directrice du Centre Justice et Foi de Montréal, et par Jocelyn Girard, un théologien de l'Institut de formation théologique et pastorale de Chicoutimi, la lettre collective regrette que «l’Église catholique [soit] la seule des dénominations chrétiennes concernées par les pensionnats à ne jamais avoir présenté ses excuses à ce sujet, en tant qu’Église catholique».

«On en connaît la raison, répétée depuis un quart de siècle: comme la plupart des diocèses catholiques du Canada n’ont pas administré de pensionnats pour autochtones, ils ne peuvent présenter des excuses pour un système auquel ils n’ont pas participé. L’argument est d’une logique simple. En somme, les excuses relèvent des congrégations religieuses catholiques, qui ont administré les deux tiers des pensionnats: elles ont été au service de l’Église catholique dans les pensionnats, mais cela n’associe nullement l’Église catholique à ce qui s’est passé.»

«Les autochtones devront se contenter d’excuses à la pièce: celles des divers administrateurs mais pas celle des inspirateurs d’une conception impérialiste de la mission, appliquée depuis Rome jusqu’aux extrémités du monde depuis 500 ans, avec les effets pervers que cela implique», ajoutent-ils.

Le pape François recommande néanmoins aux évêques canadiens de travailler à la réconciliation «à travers des projets concrets». Mais les quatorze signataires regrettent que le pape et les évêques viennent «encore échouer sur le récif du propos habituel: les excuses seraient secondaires, symboliques, pas si importantes, l’important c’est que les choses changent».

La Commission de vérité et réconciliation, rappellent les signataires, estime plutôt que «la réconciliation [est] un processus continu visant à établir et à maintenir des relations respectueuses. Un élément essentiel de ce processus consiste à réparer le lien de confiance en présentant des excuses, en accordant des réparations individuelles et collectives, et en concrétisant des actions qui témoignent de véritables changements sociétaux».

Mis à jour à 18 h 37 le 6 avril 2018: Kanehsatake plutôt de Kahnawake.

 

du même auteur

Détail d'un vitrail consacré à la notion de «justice» dans la basilique du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, à Trois-Rivières.
2018-10-10 16:02 || Canada Canada

Le guide contre les abus bien accueilli, mais avec des bémols

L'archevêque de Montréal, Christian Lépine, s'oppose à toute discrimination basée sur des signes religieux.
2018-10-10 11:07 || Québec Québec

Signes religieux : «On aura des citoyens de seconde zone», craint Mgr Lépine

Les Sœurs de la Charité de Québec se disent «étonnées» et «troublées» d'apprendre que des enfants qui ont séjourné à l’orphelinat du Mont d’Youville auraient été abusés sexuellement non seulement par des éducateurs laïcs mais aussi par des religieuses.
2018-10-04 16:49 || Québec Québec

Les religieuses troublées par les allégations d'agressions sexuelles

articles récents

Le terrain dont la vente a été approuvée se trouve à proximité du Cimetière Saint-Michel (photo).
2018-10-12 11:55 || Québec Québec

Sherbrooke en voie d’avoir son premier cimetière musulman

«Si on veut un système d’éducation bien développé, il ne faut pas tasser la religion, mais poser plutôt un regard critique sur les questions religieuses et éthiques», estime le professeur Jean-Philippe Perreault, de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval.
2018-09-13 12:06 || Québec Québec

Éthique et culture religieuse, 10 ans d’un héritage encore fragile

Mgr Marc Pelchat, évêque auxiliaire à Québec, présidait la messe anniversaire du 9 septembre. À droite, le cofondateur de la Fraternité Saint-Alphonse, le père André Morency.
2018-09-10 17:09 || Québec Québec

La Fraternité Saint-Alphonse fête ses 25 ans