La Coupe des Apôtres

Un tournoi de hockey où les valeurs valent plus que les buts

C’est l’équipe gagnante de la catégorie des 18 à 21 ans qui a volé la vedette. Il s’agit des Soul Sisters, composée uniquement de filles, qui a remporté la coupe sans gagner un seul match.
C’est l’équipe gagnante de la catégorie des 18 à 21 ans qui a volé la vedette. Il s’agit des Soul Sisters, composée uniquement de filles, qui a remporté la coupe sans gagner un seul match.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2019-06-03 16:30 || Québec Québec

Le samedi 1er juin au milieu du vaste stationnement de la paroisse anglophone Saint Thomas à Becket, située à Pierrefonds, près de 200 jeunes âgés de 12 à 21 ans ont participé à un tournoi de hockey balle organisé par Mission jeunesse du diocèse de Montréal. Les participants avaient la chance de mettre la main sur une des trois Coupes des Apôtres (une par catégorie d’âge), ultime récompense de la compétition.

La Coupe des Apôtres?

«C’est beaucoup plus qu’une compétition ordinaire!», me lance le diacre Robert Assaly, de la paroisse Saint Thomas, alors que les jeunes s’affrontent dans un joyeux tintamarre. «En fait, c’est un prétexte – une excuse – pour rassembler les jeunes afin de leur montrer des modèles de vie et les valeurs chrétiennes.» Si la compétition se nomme la Coupe des Apôtres cela n’est pas un hasard explique le diacre. «C’est ce que nous sommes, des apôtres. Nous suivons Jésus.»

Sur le terrain, tandis que des arbitres au cœur de l’action s’assuraient du bon déroulement des parties, des juges, reconnaissables par leur brassard rouge porté à la manière romaine, observaient attentivement chacun des matchs chaudement disputés. Munis d’un crayon, d’une planche à pince et d’une feuille, ils notaient à la fois les comportements des joueurs, des entraîneurs, et même des partisans.

«Nous sommes comme les juges des compétitions de patinage artistique: nous jugeons la performance des équipes à partir de différents critères», explique Anthony Puissant, rencontré durant une pause au milieu de l’après-midi. Des points ont été remis aux équipes participantes pour leur esprit sportif, leur bannière, leur cri de ralliement, leur nom, la qualité de leurs partisans, l’attitude de leur entraîneur, etc.

«Une équipe peut donc perdre toutes les parties et gagner la Coupe des Apôtres», souligne Isabel Correa, directrice de Mission jeunesse. Le but réel de la compétition, selon elle, est de permettre aux jeunes d’expérimenter la fraternité. «Nous voulons qu’ils n’aient plus peur de s’afficher avec d’autres chrétiens, même s’ils ne fréquentent pas l’Église.»

Les jeunes joueurs qui se sont affrontés lors de la compétition n’étaient pas tous des pratiquants. «Certains le sont, mais pas tous. Avec ce genre d’activités, les jeunes se sentent à l’aise d’inviter leurs amis.»

Les organisateurs n’ont d’ailleurs pas cherché à cacher leur appartenance à l’Église catholique. Ainsi, une prière était lue avant le début de chaque match et les bannières étaient très explicites.

Le tournoi se veut également pédagogique. «Nous voulons démontrer, comme le souligne le pape François, qu’à travers le sport, l’évangélisation est possible. Bien sûr, l’évangélisation des jeunes doit passer par différentes formules. C’est important! Il faut déployer divers moyens afin de rejoindre le plus de jeunes possible», mentionne Mme Correa.

Les Soul Sisters volent la vedette

Sur les 17 équipes qui se sont affrontées, plusieurs ont gagné des médailles dans diverses catégories. Toutefois, seulement trois équipes ont gagné la fameuse Coupe des Apôtres attribuée à leur catégorie d’âge respective: Holy Name of Jesus (catégorie 12-14 ans), Loyola High School (catégorie 15-17 ans) et le Don Bosco Youth Leadership Center-Girls (catégorie 18-21 ans).

Cependant, c’est l’équipe gagnante de la catégorie des 18 à 21 ans qui a sans contredit volé la vedette. Il s’agit des Soul Sisters, composée uniquement de filles, qui représentaient le Don Bosco Youth Leadership Center (DBYLC), situé à Rivière-des-Prairies. L’équipe féminine, encouragée par un groupe de cheerleaders masculins, n’a pas remporté un seul de ses matchs!

Interrogée après la remise du trophée, Dina, membre des Soul Sisters, a mentionné que «le Christ était présent dans toutes les parties, même si nous n’en avons gagné aucune!»

L’organisation du tournoi a été rendue possible grâce à des bénévoles dévoués à la cause des jeunes indique Mme Correa. «L’équipe qui organise le tournoi est composée de jeunes très généreux. Oui, je suis derrière eux, mais ce sont vraiment eux les leaders.»

Malgré son succès, la Coupe des Apôtres doit néanmoins relever des défis. «Le plus grand c’est d’avoir plus de personnes dans les paroisses qui aident à organiser cela. Mission jeunesse structure le tout, cependant nous avons besoin d’entraîneurs qui accompagnent les jeunes dans les paroisses», explique Mme Correa.

Tout au long de la journée, les échanges se sont faits dans les deux langues officielles. Toutefois, l’anglais était largement majoritaire sur le terrain.

La prochaine Coupe des Apôtres aura lieu en 2020.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Elle est juive, il est sikh. Le couple Singh-Guyver fait l'expérience de la diversité religieuse dans le quotidien de la famille.
2019-08-23 13:55 || Québec Québec

Trouver son identité dans la diversité religieuse

Le calvaire du Sanctuaire du Sacré-Cœur et de Saint-Padre Pio à Montréal (Sanctuaire de La Réparation, à Pointe-aux-Trembles) comprend quelques-unes des nombreuses statues de l'Union internationale artistique de Vaucouleurs présentes au Québec.
2019-08-16 15:39 || Québec Québec

L’histoire oubliée des statues de l’Union internationale artistique de Vaucouleurs

Masque haïda réalisé par un artiste inconnu réalisé 1800 et 1850. Il a été recueilli par George Mercer Dawson en 1878.
2019-08-02 10:29 || Canada Canada

Les Haïdas, peuple du ciel et de la terre

articles récents

Elle est juive, il est sikh. Le couple Singh-Guyver fait l'expérience de la diversité religieuse dans le quotidien de la famille.
2019-08-23 13:55 || Québec Québec

Trouver son identité dans la diversité religieuse

Le sort des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, acculés à la faillite et désormais à la recherche de nouveaux propriétaires, inquiète des responsables religieux du Québec.
2019-08-20 11:04 || Québec Québec

Journalisme: préoccupations dans les milieux religieux

Greg Zanis, charpentier de métier originaire d’Aurora, dans l’Illinois, parcourt les États-Unis depuis plus de 20 ans pour y placer des croix en bois blanches à la mémoire des victimes de tuerie. Sur cette photo, il installait des croix en octobre 2017 après une tuerie à Las Vegas.
2019-08-08 10:49 || Monde Monde

Tueries de masse: le charpentier qui a fourni 26 000 croix en 20 ans