Assemblée nationale

Une pétition pour que Québec se penche sur les pressions sectaires

Agnès Maltais (photographiée ici en 2017), porte-parole de l'opposition officielle en matière de laïcité, parraine la pétition sur les dérives sectaires annoncée le 23 avril 2018.
Agnès Maltais (photographiée ici en 2017), porte-parole de l'opposition officielle en matière de laïcité, parraine la pétition sur les dérives sectaires annoncée le 23 avril 2018.   (Photothèque Présence)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-04-25 21:41 || Québec Québec

Mercredi soir, plus de 1100 personnes avaient déjà apposé leur signature au bas d'une pétition qui demande qu'une commission parlementaire se penche sur les gestes illégaux qui sont posés par «des groupes à dérives sectaires» et qui, «sous le couvert de la liberté de religion», ne sont pas sanctionnés.

Le texte de cette pétition, parrainée par la députée Agnès Maltais, est inséré dans le site Web de l'Assemblée nationale depuis mardi soir.

Ce sont les députées Agnès Maltais, porte-parole de l'opposition officielle en matière de laïcité, et Carole Poirier, leader parlementaire de l'opposition officielle, qui ont dévoilé le texte de cette pétition lors d'une conférence de presse tenue dans les locaux montréalais du Parti québécois. Elles étaient accompagnées d'ex-membres de groupes religieux comme les Témoins de Jehovah, la Mission de l'Esprit-Saint, l'Église de Scientologie et l'Église La parole qui libère.

L'instigatrice de cette pétition est Manon Boyer. C'est la tante d'Éloïse Dupuis, une Témoin de Jehovah, qui est décédée dans une maison de naissance, quelques jours après l'accouchement de son enfant, de complications dont «une hémorragie majeure ne répondant pas aux traitements médicaux».

Éloïse Dupuis, âgée de 27 ans, avait donné lors de son admission «des directives claires quant à son refus de toute transfusion de sang ou de produits dérivés sanguins en raison de ses croyances religieuses», avait indiqué le Bureau du coroner lorsqu'il avait dévoilé les résultats de son enquête sur les circonstances de ce décès.

En vertu des lois en vigueur, les hôpitaux doivent respecter les choix d'une personne adulte qui adhère à des préceptes religieux, même si les décisions qu'elle prend peuvent avoir des conséquences sur son développement ou même menacer sa propre vie, avait conclu Me Luc Malouin, le coroner en chef adjoint.

«Je ferai tout ce qui est possible afin que les yeux d'Éloïse, fermés à jamais, ouvrent ceux des autres, et que plus jamais il n'y ait d'autre bébé Liam orphelin», a déclaré Manon Boyer lors de la conférence de presse.

«Le gouvernement doit prendre des mesures législatives afin de faire cesser cette aberration. Trop de choses sont acceptées sous le couvert de la liberté de religion. Des gestes graves sont commis et c'est inadmissible.»

Le texte de la pétition estime qu'il «est nécessaire d’examiner l’impact de l’endoctrinement sur la validité du consentement libre et éclairé».

La pétition reconnaît aussi que les «lois protègent les citoyens de fraudes ou d’extorsion» mais dénonce le fait que des organisations et des leaders religieux financent leurs activités en exerçant de fortes pressions sur leurs fidèles.

Au nom du principe de la liberté de religion, des groupes «appliquent une justice parallèle notamment en cas d’abus sexuels» ou empêchent des enfants d'aller à l'école.

La pétition, qui peut être signée en ligne jusqu'au 12 juin 2018, demande que la Commission des institutions de l'Assemblée nationale «entende tous les groupes qu’elle jugera pertinents» afin d'«examiner la possibilité que, sous le couvert de la liberté de religion, des gestes illégaux puissent être posés par des groupes à dérives sectaires sans être sanctionnés».

«Les parlementaires ont le devoir de faire la lumière sur cet enjeu», a déclaré la députée Agnès Maltais «À plusieurs reprises, nous avons interpellé directement le gouvernement pour qu'il accepte de lancer un mandat parlementaire pour examiner le rôle et les responsabilités de l'État face au phénomène des groupes à dérives sectaires. Jusqu'à maintenant, ce fut sans succès.»

La pétition qu'elle parraine se veut «en soutien à tous les Québécois et à toutes les Québécoises qui ont été ou sont encore sous le joug de groupes à dérives sectaires et qui souhaitent s'en sortir».

 

du même auteur

Le prochain formulaire du programme Emplois d'été Canada ne contiendra plus la clause qu'un grand nombre de groupes confessionnels ont refusé de cocher l'année dernière.
2018-12-07 11:03 || Canada Canada

Emplois d'été Canada: la clause controversée est retirée

Au moins 15 religieux, prêtres ou frères de l'Ordre des Servites de Marie, auraient agressé sexuellement des élèves d'un collège où ils enseignaient. Plusieurs d'entre eux ont même occupé des fonctions de direction dans cet établissement scolaire.
2018-12-06 15:12 || Québec Québec

Recours contre les servites: dépôt d'une nouvelle liste des agresseurs

Une fillette devant un abri de fortune au Cachemire, en Inde, en 2015.
2018-11-29 16:35 || Monde Monde

L'ultranationalisme, une menace pour la liberté religieuse selon l'AED

articles récents

Activité sportive à Hortolandia, au Brésil, en octobre 2017. Ce pays est le plus touché par la crise, alors que sept des 52 partenaires de Développement et Paix s'y trouvent.
2018-11-30 18:19 || Canada Canada

Impliqué dans le processus de révision, il brise le silence

Un homme sur sa monture près de Jacmel en janvier 2015. Un organisme de cette ville haïtienne fait partie des 52 partenaires visés par un moratoire de l'organisme Développement et Paix.
2018-11-26 14:35 || Canada Canada

Développement et Paix s'abstient de commenter

Un des 52 partenaires de Développement et Paix visé par le moratoire travaille auprès des femmes violentées à Jacmel, en Haïti.
2018-11-23 09:53 || Canada Canada

Ceux qui feront les frais du moratoire de Développement et Paix